Les Morissette débarquent à Trois-Rivières

Il aura fallu environ 70 représentations, toutes à...

Agrandir

Il aura fallu environ 70 représentations, toutes à guichets fermés, avant que Louis Morissette et Véronique Cloutier ne viennent à Trois-Rivières présenter leur premier spectacle d'humour en duo. Ils seront à la salle J.-A.-Thompson jeudi soir, vendredi et samedi.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Véronique Cloutier ne fait apparemment rien à moitié. Pas même une entrevue téléphonique au cours de laquelle elle s'est montrée particulièrement disponible et généreuse mercredi et ce, malgré un horaire qui continue d'être surchargé. Pourtant, elle a délaissé certains projets à la télé pour se consacrer au spectacle Les Morissette, qu'elle viendra présenter avec son mari jeudi soir, vendredi et samedi à la salle Thompson.

Elle le confirme d'emblée: elle est encore et toujours débordante d'énergie même si elle vient de vivre une autre semaine très chargée à cause de ses engagements à la radio.

«Avec le spectacle, je ne commence à ressentir de la fatigue qu'au terme d'une série de représentations consécutives comme ce qu'on va faire à Trois-Rivières. Après trois ou quatre, je suis contente d'avoir une journée de congé. Ce qui m'aide, c'est que même après quelque chose comme 70 représentations, ça m'excite encore de le faire et j'ai toujours le même plaisir. En fait, j'en ai plus parce qu'à ce stade-ci, j'ai assimilé les choses que je devais apprendre pour la scène et là, je m'abandonne au simple plaisir de présenter le spectacle.»

Le spectacle l'a forcée à larguer quelque peu son personnage public propret et impeccable pour offrir une autre facette de sa personnalité. «Dans l'ensemble du spectacle, Louis dit les choses qu'on ne doit habituellement pas dire en public mais à un moment donné, on brise le moule et c'est moi qui me permet d'être plus bitch. En plus, je parle de sexe de façon assez grivoise, un côté que le public ne connaît pas de moi. C'est un humour que j'ai parfois dans le quotidien mais là, je le sors au grand jour. J'ai dû travailler un peu là-dessus et franchement, ça me plaît. Un des plaisirs de ce spectacle, c'est de casser l'image bâtie avec la télé, notamment. Les réactions très positives du public me démontrent qu'il était prêt à ça.»

«Un autre élément technique que j'ai dû apprendre, c'est le rythme. Au début, j'allais beaucoup trop rapidement. J'ai appris à sentir la salle. Certains soirs, ça rit plus longtemps, d'autres moins. C'est important de laisser le public rire une blague jusqu'au bout avant d'enchaîner. Là, je suis plus à l'aise, j'ai trouvé le bon rythme. On entend souvent les humoristes dire que les publics changent à chaque soir mais là, je m'en rends vraiment compte.»

Véronique Cloutier aime la scène et l'expérience de ce premier spectacle est totalement gratifiante, meilleure que ce à quoi elle s'attendait. «C'est vraiment fantastique. Le plus bel aspect, c'est qu'on le vit en famille. Évidemment, à cause de l'école, les enfants ne nous suivent pas pendant la semaine mais à toutes les fins de semaine, ils sont avec nous. On se fait des souvenirs inoubliables. Combien de familles ont la chance de vivre quelque chose de comparable? Les enfants connaissent le spectacle par coeur et à la fin, ils viennent souvent signer des autographes avec Louis et moi! Delphine, notre fille de 12 ans, elle, joue à l'hôtesse: elle va voir les gens qui nous attendent après le spectacle pour leur faire la jasette en attendant qu'on sorte des loges.»

Le plus difficile dans toute cette expérience? «La vie de famille, répond la comédienne, humoriste, productrice, animatrice, porte- parole, etc. Je veux dire la vie de famille normale et ordinaire. Quand tu as fait un spectacle à 90 minutes de Montréal la veille, disons que c'est pas évident de se lever très tôt pour aller reconduire notre garçon à ses matchs de hockey la fin de semaine. On reste des parents, malgré tout.»

N'empêche, le spectacle est un très gros succès et le couple planifie déjà les représentations pour 2017.

«Je pense qu'on va pouvoir faire un bon trois ans avec le spectacle. Les critiques sont bonnes, on a vendu 127 000 billets jusqu'ici et on ajoute constamment de nouveaux gags sur l'actualité pour demeurer pertinents. Mais surtout, on a énormément de plaisir à le faire.»

Si Les Morissette en sera à une première trifluvienne jeudi soir et que les trois représentations consécutives affichent complet, les fans déçus n'ont pas à s'en faire: le couple sera de retour pour six représentations, les 20, 21 et 22 août de même que les 27, 28 et 29 août, toujours à la salle Thompson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer