• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Fred Pellerin chanteur sur scène, pour un temps seulement 

Fred Pellerin chanteur sur scène, pour un temps seulement

Le spectacle de chansons de Fred Pellerin n'aura...

Agrandir

Le spectacle de chansons de Fred Pellerin n'aura pas de supplémentaire.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Depuis le temps que les diffuseurs des salles de spectacles du Québec le lui demandaient, Fred Pellerin présentera en 2016 une série de 49 représentations d'un spectacle de chansons intitulé Plus tard qu'on pense, spectacle qui couvrira l'ensemble de ses albums et qui sera livré à cinq reprises dans la région.

Le Centre des arts de Shawinigan sera sa première escale en Mauricie les 20 et 21 février 2016, après quoi il sera de retour au sein de la région les 6 et 7 avril à la salle J.-Antonio-Thompson de Trois-Rivières, et le 9 avril au Théâtre Belcourt de Baie-du-Febvre. Pour Shawinigan et Trois-Rivières, les billets sont en vente depuis mercredi alors que du côté de la rive sud, la mise en vente débutera le 15 avril.

Dans ce spectacle, il sera entouré de trois musiciens, dont son ami et réalisateur Jeannot Bournival. Actuellement, le tandem est à sélectionner la vingtaine de pièces qui prendront vie sur scène sur la quarantaine que comptent ses trois albums. «On a le goût de faire celles qui rencontrent le monde tout en créant une courbe dans l'émotion du spectacle», indique Fred.

Mercredi, le conteur-chanteur indiquait qu'aucune autre date ne sera ajoutée. «On le fait 49 soirs, final bâton. Il n'y aura pas de supplémentaires, rien de ça. Je ne partirais pas quatre ans comme ça. Là, ce qui est le fun, c'est qu'on part sept sur la route. C'est comme un voyage de pêche!»

Fred Pellerin a toujours dit qu'un spectacle de chansons l'intimidait, rien n'a changé en ce sens. Il a beau maîtriser l'art de la scène haut-la-main avec ses contes, l'expérience est totalement différente, dit-il. «C'est comme si je tirais au poignet et qu'un soir, on me disait: tu vas tirer de la gauche... Ce n'est pas la même main, ce n'est pas la même partie de moi qui travaille.» Cela dit, avec l'écho qu'il reçoit de ses trois albums, il veut tout de même vivre le plaisir d'aller livrer les chansons aux gens, ne serait-ce qu'un seul soir, le temps d'un moment, dit-il.

Son prochain conte suivra, quelque part après 2016. D'ailleurs sur ce plan, deux avenues s'offrent à lui pour le moment. Si tout est encore embryonnaire, il se permet de penser à un conte sur le forgeron du village. Il se servirait alors d'une histoire qu'il avait conçue pour son dernier spectacle, mais qu'il a retirée.

Or, il y a aussi la postière qui le travaille, personnage qui lui permettrait visiter les thèmes de la communication et des informations qui circulent, dit-il. «La postière a accès à toutes les enveloppes des casiers postaux... Je ne sais pas si elle jouerait dans les enveloppes, mais elle pourrait ne pas les mettre à la bonne place. Une lettre d'amour dans un mauvais casier peut avoir des répercussions et même donner des beautés immenses...»

D'ici à ce que cet univers se concrétise, il poursuivra les représentations de son spectacle De peigne et de misère sur les deux continents, sa plus longue tournée à ce jour. Enfin dans ses temps libres, il vaque aussi à quelques projets secrets, dont un qui lui fait passer de superbes moments ces jours-ci en compagnie de Gilles Vigneault, des rencontres qu'il décrit avec un mélange d'admiration et d'affection bien senties. «C'est magnifique», souffle-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer