Salon du livre: les jeunes osent la parole

Les jeunes ont osé la parole, jeudi, en... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les jeunes ont osé la parole, jeudi, en brisant la glace du 27e Salon du livre de Trois-Rivières.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Plus de 2700 jeunes marchent désormais sur le sentier de la lecture grâce, entre autres, au Salon du livre de Trois-Rivières.

S'ils ont été environ 2000 à franchir le tourniquet de l'hôtel Delta, jeudi, au moins 700 élèves de Sainte-Anne-de-la-Pérade à Saint-Narcisse ont été rencontrés également par huit auteurs jeunesses qui leur ont donné le goût des belles-lettres.

Ainsi, non seulement le Salon du livre a-t-il ouvert ses portes à la relève littéraire, mais, qui plus est, il s'est déplacé dans les écoles qui ne pouvaient pas le faire.

Pour la directrice générale du Salon, Julie Brosseau, cette journée dédiée au lectorat de demain s'inscrit dans la mission même de l'événement, dont le thème phare de cette 27e édition est Oser la parole. «Pour nous, les jeunes sont ultra-importants», indique-t-elle. «De mettre les jeunes en contact avec la littérature, c'est super important, car le goût de la lecture s'acquiert tôt. Quand tu es en contact jeune avec les livres, c'est quelque chose que tu vas pouvoir garder toute ta vie», souligne Mme Brosseau, en ajoutant que les enfants qui lisent ont souvent de meilleures notes à l'école, qu'importe la discipline.

Un son de cloche repris par les auteurs jeunesses rencontrés jeudi. Pour le poète trifluvien Guy Marchamps, auteur de petits bijoux de la littérature jeunesse, il importe que les enfants s'initient tôt à la lecture pour, en bout de piste, maîtriser la langue française et exprimer avec nuances leurs émotions. Une réalité qui, à ses yeux, est particulièrement vraie en ce qui concerne la poésie. «Je vais beaucoup dans les écoles avec mes livres, et ce que je dis aux jeunes c'est que la poésie peut nous aider à exprimer non seulement des émotions, mais des émotions sur lesquelles on a de la misère à mettre des mots.»

S'il faut en croire la file d'adolescentes qui s'étirait devant sa table de signature, ils seront nombreux les jeunes à maîtriser les alinéas de la langue française. Catherine Bourgault, auteure du célèbre Comment arranger son homme, brisait la glace de son premier salon du livre. À son avis, initier la jeunesse à la lecture, c'est remporter une victoire sur les «jouets électroniques».

«Peu importe ce qu'ils lisent, c'est important que les jeunes lisent. J'espère que la lecture leur apprend à écrire aussi. À lire, on apprend tellement sur tant de choses. Nous, les écrivains jeunesses, on se bat avec les jouets électroniques pour capter leur attention», assure Mme Bourgault qui, après une seule journée, s'est retrouvée devant un beau problème de rupture de marchandise.

Notons que le Salon du livre de Trois-Rivières est le seul événement du genre à récompenser les illustrateurs de livre jeunesse. Car, pour reprendre les termes de Mme Brosseau, les enfants aiment les livres d'abord par leurs images, et après par leurs mots. Ainsi, le Prix de l'album a été décerné à l'illustratrice Josée Bisaillon pour son Monsieur Tralalère (éditions Fonfon), le Prix du petit roman illustré à Oussama Mezher pour Les deux amoureux (texte de Gille Tibo, éditions Soulière), et le Prix de la relève à Annie Carbonneau pour La Princesse Beau Dodo (Les éditions de la Bagnole).

Aujourd'hui, les bouts de chou des centres de la petite enfance et les étudiants des écoles secondaires sont attendus de pied ferme par une kyrielle d'auteurs entre 9 h et 15 h. Notons entre autres une rencontre prisée des adolescents, petits et grands, avec l'écrivain Patrick Senécal, qui se déplacera ensuite vers le Centre de détention de Trois-Rivières pour discuter littérature avec les personnes incarcérées.

Partager

À lire aussi

  • Écrire, un acte d'audace

    Arts & Spectacles

    Écrire, un acte d'audace

    La phrase phare qui accompagnera les lecteurs du Salon du livre, Oser la parole, est particulièrement d'actualité en cette période d'austérité... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer