Un album comme un portrait pour Yoan Garneau

Le chanteur Yoan, gagnant de La voix en... (Photo: La Presse)

Agrandir

Le chanteur Yoan, gagnant de La voix en 2014. Il lance son premier album cette semaine.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Plusieurs mois se sont écoulés depuis sa victoire à La voix et Yoan Garneau a pris du recul. Un recul planifié, utile, puisqu'il lui a servi à composer de nouvelles chansons et réaliser un album, son premier, qu'il présente aujourd'hui. L'album est homonyme, une façon de dire qu'il ne se définit pas par une seule chanson mais constitue une sorte de portrait de l'individu.

Yoan continue de composer avec une étonnante facilité. Une chanson peut, pour lui, prendre forme en quelques minutes à peine. «J'ai l'impression de n'être qu'une antenne qui capte ce qui se passe autour de moi. Les chansons me viennent assez spontanément et dès qu'elles prennent forme dans ma tête, je les entends finies, avec des arrangements; j'ai déjà une bonne idée de comment je veux qu'elles sonnent.»

L'album a été élaboré dès octobre dernier sous la supervision d'Anne Vivien à la direction artistique et de Rick Haworth à la réalisation. «J'ai été choyé: je n'ai jamais senti de pression, affirme le musicien. On m'a donné carte blanche et comme je savais ce que je voulais, mon défi a simplement été de l'expliquer à Rick Haworth pour qu'il comprenne bien ma vision. Je parlais de blues, de Muddy Waters, de mes influences musicales et il savait exactement de quoi je parlais. Je voulais un album de country un peu dirty avec de la testostérone. À la fin des sessions d'enregistrement, Rick m'a demandé si ça sonnait comme dans ma tête et c'était exactement ça.»

Le jeune homme de 19 ans, que les gens de Parent connaissent bien pour l'avoir côtoyé à l'épicerie du village que tiennent ses parents, a misé sur l'émotion, moteur premier de sa musique. «Je sais que j'ai l'air gêné, mais je ne le suis pas. Je suis réservé. La musique est ma façon d'extérioriser mes émotions. Elle est un baume, elle me libère. C'est pour ça que dès la première fois où j'ai chanté sur scène, je savais que c'est ce que je voulais faire dans la vie. C'est un besoin inné chez moi. C'est pour ça que je voulais que l'album repose sur l'émotion. J'ai aussi offert une assez large palette de chansons et d'émotions différentes pour que ça reflète ce que j'aime en musique et qui je suis, finalement.»

Celui qui a charmé le Québec avec sa voix grave et singulière avoue avoir amélioré son outil premier depuis La voix.

«Le travail en studio, c'est beaucoup de l'analyse et chaque détail de la voix ressort sur les enregistrements. J'ai compris à quel point la technique vocale est importante. J'y ai beaucoup travaillé et je constate une grande différence depuis l'an dernier. J'arrive à donner plus d'ampleur à ma voix tout en laissant une impression de naturel.»

Le premier album du jeune homme est composé de douze pistes qui se déclinent en quatre reprises, sept compositions du chanteur, deux chansons en duo, trois chansons en français.

Il chante J'entends siffler le train, de Hedy West, avec Isabelle Boulay et Good Hearted Woman, de Waylong Jennings et Willie Nelson avec Brett Kissel.

«Je voulais chanter avec Isabelle, plaide-t-il, et on a trouvé cette chanson qui nous convenait à tous les deux. C'est un très beau cadeau qu'elle m'a fait de chanter avec moi. J'étais sous le charme de son talent et de son professionnalisme. Pour ce qui est de Keith Bissel, c'est Anne Vivien qui me l'a suggéré et je n'en suis pas revenu qu'il accepte de chanter sur l'album. Le mariage de sa voix aiguë et de la mienne fonctionne parce qu'elles se complètent.»

Yoan insistera beaucoup au cours de l'entrevue sur le fait qu'il s'agit non seulement d'un album qu'il assume pleinement mais d'une oeuvre qui reflète la personne qu'il est.

«Je sais que l'album est attendu par le public et je suis très content de le présenter: j'en suis extrêmement fier. Cela dit, je n'ai pas d'attente. Je souhaite seulement que les gens l'apprécient. Quelqu'un m'a dit qu'il n'aimait pas beaucoup ma voix ni mon style mais qu'il a acheté l'album parce qu'il l'a vraiment aimé. C'est le plus beau compliment qu'on pouvait me faire.»

L'album est présentement disponible un peu partout et Yoan travaille déjà sur le spectacle qui fera l'objet d'une tournée québécoise. Trois-Rivières figure sur la courte liste des spectacles déjà programmés. Ça se passera le 2 mai au Théâtre du cégep.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer