• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Le folk au premier plan de l'éventail artistique d'Andréanne A. Malette 

Le folk au premier plan de l'éventail artistique d'Andréanne A. Malette

Andréanne A. Malette présentera son spectacle Bohèmes samedi... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Andréanne A. Malette présentera son spectacle Bohèmes samedi à Trois-Rivières, ville qu'elle a fréquentée à plusieurs reprises avec son ancienne troupe de danse hip hop au Festival international Danse Encore.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Trois ans et un album après avoir été remarquée à Star Académie, l'auteure-compositrice-interprète Andréanne A. Malette prend actuellement plaisir à propager sa musique folk un peu partout au Québec. Au coeur de sa tournée Bohèmes, elle fera escale samedi à la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la culture, petite salle intimiste comme elle les aime.

Certains ont peut-être en mémoire le côté pop qu'elle a révélé un peu dans Star Académie avec une présence brillante sur scène et une aisance certaine en danse. Si elle a pris plaisir à adopter ce profil, c'est résolument le côté folk qui l'habite qu'elle a mis de l'avant sur son premier album Bohèmes et qu'elle met en désormais en valeur sur les planches.

Pour sa première tournée, Andréanne A. Malette s'est entourée de deux bonnes amies musiciennes, soit Judith Sun et Julie Valois, un trio qui lui permet de jouer avec la complicité de scène et d'entrer aisément en contact avec le public. Avec ses deux acolytes, elle reprend évidemment son album en entier, tout en ajoutant quelques medleys.

Dans le premier, elle ramène la touche pop qui a fait vibrer son adolescence, elle qui a baigné dans les années Britney Spears, Backstreet Boys et compagnie. Or, dans le deuxième medley, elle plonge plutôt du côté de ses sources plus profondes, celles qui l'entraînent volontiers dans la lignée folk des Joni Mitchell, Tori Amos et Norah Jones, pour ne nommer qu'elles.

Mais encore, la jeune artiste a beau avoir sorti son premier album tout juste cet automne, elle a déjà de nouvelles chansons à proposer, elle qui continue d'écrire au quotidien.

«Le premier album était vraiment un ramassis de ma vie, la plus vieille chanson datait de 2007», dit-elle, soulignant que le deuxième sera plus en phase avec son présent. «Comme je vais avoir moins de temps pour l'écrire, je suis obligée de creuser en moi et de trouver les sujets qui me touchent. Il risque d'être plus profond.»

L'écriture est définitivement un élément qui l'habite depuis toujours. À 26 ans, elle écrit encore son journal intime au quotidien, une habitude qui dure depuis qu'elle a 7 ans. Outre ses chansons, elle a aussi prêté sa plume à quelques débuts de romans qui sont pour le moment cachés dans ses tiroirs.

Dans le milieu, les jeunes artistes commencent d'ailleurs à lui demander de plus en plus de textes. Mélissa Bédard et Émilie Lévesque ont déjà chacune une pièce d'Andréanne sur leur album respectif. Et l'écriture risque de s'accentuer au cours des prochaines semaines, dit l'auteure.

«À la fin du mois de mars, je vais m'enfermer dans un chalet pour écrire.»

Sur scène, elle joue de la guitare acoustique et de la guitare électrique, mais hors des planches elle s'adonne aussi au piano. La jeune femme de Granby n'a eu aucune influence artistique au sein de sa famille et, pourtant, elle cultive un profil multidisciplinaire, elle qui a fait dix années de danse et qui, aujourd'hui, peaufine aussi l'art dramatique.

Après son expérience de jeu dans quelques épisodes du téléroman Yamaska, Andréanne A. Malette a voulu approfondir ses connaissances en la matière. Depuis, elle suit des cours de jeu et d'analyse de texte. C'est sans compter que dans ses autres temps libres, elle fabrique des bijoux et elle peint.

«J'ai un problème mental. Il faut que je crée tout le temps», sourit-elle.

Au palmarès de ses intérêts, c'est toutefois encore et toujours le folk qui occupe la première position. Depuis sa sortie de Star Académie, les choses tournent rondement.

«Je connaissais déjà l'arrière du milieu artistique avant...», explique-t-elle. «Je n'ai jamais vu Star Académie comme un tremplin, car lorsqu'on est sur un tremplin, on saute et on tombe, après. J'ai plutôt vu ça comme une belle grosse méga marche». Et elle ne souhaite que continuer à monter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer