Bareil honoré et agréablement surpris

Membre de l'ensemble Quartango depuis six ans, le... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Membre de l'ensemble Quartango depuis six ans, le violoniste trifluvien Antoine Bareil a eu la joyeuse surprise d'apprendre, samedi soir, que le quatuor remportait le JUNO de l'album instrumental de l'année.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Remporter le JUNO du meilleur album instrumental de l'année pour l'opus Encuentro s'est avéré une totale surprise dans les rangs de l'ensemble Quartango, samedi soir. Sur place à Hamilton, trois des quatre membres sont allés cueillir la statuette, mais c'est de Trois-Rivières que le quatrième membre du groupe, Antoine Bareil, a appris la nouvelle.

En recevant le message texte de ses camarades, le violoniste trifluvien a été tout aussi surpris et enchanté, lui qui est le réalisateur de cet album, en plus d'y avoir signé trois arrangements et d'avoir composé une pièce.

Antoine Bareil était à Hamilton la veille à l'occasion du JUNOfest, événement où tous les nommés se produisent sur scène dans le cadre des activités entourant l'événement. Le samedi matin, il a toutefois dû quitter pour honorer la répétition d'un concert avec Vocalys à Trois-Rivières, concert qui avait lieu dimanche soir.

Tout comme ses acolytes, Bareil était déjà ravi de constater que l'ensemble avait récolté une nomination dans une catégorie où figuraient le Canadian Brass ainsi que Daniel Lanois, un habitué des prix JUNOS. La suite était inattendue. «C'est une très belle reconnaissance. Quartango a 30 ans cette année et l'ensemble est bien établi, mais même avec cette histoire, on ne s'imaginait pas qu'on pouvait remporter le JUNO devant d'aussi grandes pointures», commente le violoniste, d'autant plus, ajoute-t-il, que l'ensemble s'est auto-produit et n'a pas de grosse machine derrière lui.

Voilà maintenant six ans que le violoniste trifluvien a gagné les rangs de cet ensemble montréalais créé en 1984. Cette année, pour le 30e anniversaire du groupe, on a cumulé les honneurs, l'album Encuentro ayant aussi remporté le Prix Opus du disque de l'année dans la catégorie musique du monde en janvier dernier, en plus d'une nomination à l'ADISQ dans cette même catégorie l'automne dernier.

C'était la première fois qu'Antoine Bareil s'impliquait dans un album avec le groupe et il a été ravi de constater que le membre fondateur, René Gosselin, lui avait laissé une grande marge de manoeuvre pour la supervision de chaque étape de la réalisation. Fidèle aux habitudes de l'ensemble, on s'est appliqué sur cet album à vivifier le tango en mélangeant les genres et en revisitant certaines oeuvres. Sur Encuentro, Antoine Bareil a notamment remanié une pièce de Frank Zappa Little umbrellas.

Décidément, l'association du musicien trifluvien avec Quartango est une bien belle aventure, dit-il. «On ne se doute jamais jusqu'où les choses peuvent nous mener, mais Quartango m'a apporté plein de choses», observe-t-il en citant les collaborations avec d'autres orchestres, notamment avec l'Orchestre symphonique de Laval où il est désormais le violon solo. Les JUNOS viennent donner un autre bel élan à l'ensemble. «Avec trois nominations et deux trophées pour cet album, on est vraiment aux anges.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer