Concert et ambiance ballroom en soutien au Conservatoire

Le directeur musical et professeur Gilles Bellemare et... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur musical et professeur Gilles Bellemare et la présidente de la Corporation culturelle de Trois-Rivières Stella Montreuil ont ouvert la danse sur la musique des élèves du Conservatoire trifluvien, histoire d'inviter la population à se joindre à eux lors de soirée-bénéfice «Ce soir, on danse!» du samedi 18 avril.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Après avoir vu le Conservatoire de musique de Trois-Rivières (CMTR) traverser une bonne dose de perturbations depuis septembre avec une menace de fermeture qui a réveillé l'affection pour cette institution, la population aura l'occasion de concrétiser son soutien d'agréable manière le samedi 18 avril en répondant à la proposition «Ce soir, on danse!».

C'est dans une atmosphère de ballroom et au rythme de grandes musiques qui invitent à la danse que le Conservatoire trifluvien marquera la fin des festivités de son cinquantième anniversaire avec une soirée-bénéfice au profit de sa fondation, un rendez-vous annuel important pour cette institution.

L'événement se tiendra cette année à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières sous le thème de la danse à travers les âges. Plus de 70 musiciens de l'Orchestre du Conservatoire et de l'Orchestre à vents du Centre-du-Québec y seront réunis sous la direction musicale de Gilles Bellemare et Hugues Thériault.

Ils inciteront les gens à fouler la piste de danse sur des airs de menuet, de grandes valses, de cha cha, tango, swing, polka, rumba, triple swing, bossa nova et merengue. Évidemment, l'invitation est lancée aux amateurs de danses sociales qui devraient apprécier la grande portion ballroom de cette soirée.

Or, outre le public, la piste sera également occupée à fréquence régulière par les danseurs de L'Astragale, école qui a connu aussi sa part de secousses au cours des derniers mois. La professeure de ballet Sara Harton a chorégraphié quatre numéros de danse contemporaine pour ses 18 danseurs, alors qu'une autre troupe de l'école y offrira un numéro de tap dance. Le tout sera animé par le comédien, metteur en scène et collègue journaliste Martin Francoeur.

Pour cette grande soirée, les gens pourront prendre place aux 80 tables de huit personnes qui seront disposées autour de la piste de danse et qui pourront recevoir plus de 600 convives. Deux choix s'offrent au public, soit le billet privilège au coût de 100 $, ou le billet régulier au coût de 40 $. «En guise de remerciement au public qui nous a si bien appuyés, nous avons toutefois décidé d'offrir deux billets pour le prix d'un», a annoncé hier la directrice de l'institution, Johanne Pothier. Cette promotion s'applique aux billets réguliers et sera effective jusqu'au 31 mars.

Pour les spectateurs V.I.P., la soirée débutera à 18 h 30 avec un cocktail de bienvenue suivi d'une prestation spéciale et intimiste des musiciens, des danseurs et de l'animateur. Dès 20 h, on ouvrira les portes au grand public pour le début du grand concert à 20 h 30, qui débutera sur l'Ouverture de l'opéra Rouslan et Ludmilla, de Glinka, et qui se poursuivra aussi bien sur des pièces de Bach et Vivaldi que sur des airs de Piazzolla et des Beatles.

Avec les fonds recueillis au cours de cette soirée dansante, la Fondation du Conservatoire pourra offrir à ses élèves des ateliers, des cours de maîtres, des sorties pédagogiques ainsi que bourses d'excellence et de perfectionnement. «En ces temps difficiles, la Fondation est vraiment un soutien plus qu'essentiel au Conservatoire», observe Mme Pothier.

«Avec la façon mature, intelligente et frappante que les élèves du Conservatoire ont témoigné de leur intérêt pour que les conservatoires demeurent en régions et avec le calibre de l'enseignement que l'on y retrouve, je pense qu'on ne peut pas faire autrement que de suivre ce mouvement et d'être présents pour qu'on puisse retenir cet élément exceptionnel dans notre région», ajoute Stella Montreuil, présidente de la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières et membre du conseil d'orientation du Conservatoire.

Notons en terminant que la tenue de ville est requise, qu'un reçu de 60 $ sera remis aux détenteurs de billets privilèges et qu'un service de bar sera disponible dès 20 h. Les billets sont en vente au Conservatoire de musique logé au 587, rue Radisson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer