• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Nouvel album et vaste terrain de jeu pour Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs 

Nouvel album et vaste terrain de jeu pour Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs

Dans l'ordre, Nicolas Pellerin (voix et violon) et...

Agrandir

Dans l'ordre, Nicolas Pellerin (voix et violon) et ses grands hurleurs, Simon Lepage (basse, contrebasse et arrangements) et Simon Marion (guitare et mandoline).

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Nouvelle gérance, nouvelle maison de disques, nouvel album en préparation pour un lancement en novembre et plusieurs prestations en vue sur les scènes nationale et internationale, Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs sont engagés dans une année 2015 plutôt bien remplie.

Pellerin et ses acolytes musiciens Simon Marion et Simon Lepage se produiront d'ailleurs sur une trajectoire assez diversifiée, comme en témoigne leur horaire à court terme. Lundi, ils s'envolaient pour la Suisse afin de livrer un spectacle à Genève jeudi, avec retour en Mauricie pour fouler les planches de la Maison de la culture Francis-Brisson de Grand-Mère samedi, après quoi ils feront un saut du côté de l'Alberta avant de revenir se produire à Saint-Georges de Beauce et Longueuil, le tout en deux semaines et demie. Cet été, ils offriront leur spectacle aussi bien au Yukon et en République tchèque qu'au Nouveau-Brunswick et au Québec.

Nouvellement représenté par l'agence Westing, qui est branchée sur le milieu de la musique folk et traditionnelle, le trio souhaite se produire de plus en plus dans les festivals et les événements folk de la scène internationale, indique Nicolas Pellerin. «Nous avons fait des showcases cet automne à Moncton et à Edmonton devant des producteurs européens et ça a levé», se réjouit-il en commentant les retombées.

Un spectacle, un album à venir

Samedi, à l'occasion du spectacle qu'ils présenteront à la Maison de la culture Francis-Brisson, le public pourra entendre le répertoire des deux premiers albums du trio, certaines pièces du cd de Nicolas et Fred Pellerin et de nouvelles chansons qui risquent de se retrouver sur l'album à venir. «On se promène beaucoup dans le traditionnel, dans les atmosphères et pas nécessairement dans le gros festif», note Pellerin.

Quatre ans après le dernier album Petit grain d'or qui lui a valu le Félix de l'album traditionnel de l'année, en 2012, le trio lancera son troisième opus en novembre sous l'étiquette d'une maison de disques de Québec, Coyote Records, toujours avec la collaboration de Martin Lizotte, qui ajoute piano et sons électros à leur musique.

«Ce sera dans la continuité du dernier album, mais avec une coche de maturité de plus, je pense», dit Nicolas Pellerin. «En quatre ans, on a fait beaucoup de route, on a rencontré plein de monde et on a entendu beaucoup de musiques nouvelles. Notre band est plus mature aujourd'hui et je crois que ça va s'entendre.»

Déjà, le travail est bien amorcé pour cet album sur le plan du répertoire visité. Pour le moment, les trois musiciens travaillent sur un éventail de pièces desquelles on gardera onze titres, des chansons tirées du répertoire traditionnel, mais peut-être aussi quelques pièces plus contemporaines, ajoute Nicolas Pellerin.

Chanteur au sein de la formation, ce dernier se fait souvent offrir des pièces de la part de gens qui avaient conservé le matériel de leurs aïeux. «On dirait que le répertoire vient à nous, maintenant», observe-t-il. «Je pense que beaucoup de gens ont des archives familiales chez eux et ne savent pas trop quoi en faire. Nous, on modernise leur matériel, et ils sont conscients que c'est traité avec respect.»

Et le Projet CRAC

Toujours à la Maison Francis-Brisson, le public pourra par ailleurs témoigner samedi d'un segment du spectacle tout à fait particulier, que le trio a baptisé le Projet CRAC.

Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs ont composé une musique originale pour réinventer la trame sonore du court-métrage CRAC, film qui avait valu un Oscar à Frédéric Back en 1982. En spectacle, on projette l'oeuvre et, pendant les 15 minutes du film, le trio livre sa propre musique dans une performance en direct comme on le faisait autrefois pour les films muets.

«Dans ce film, on voit une chaise berçante qui traverse les époques et qui représente notre culture québécoise. L'histoire du film ressemble à notre démarche artistique. La réappropriation de la culture québécoise, c'est ce que l'on fait avec notre musique pour la garder bien vivante.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer