• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Une troisième édition et un projet de film pour Femme après le cloître, d'Andréa Richard 

Une troisième édition et un projet de film pour Femme après le cloître, d'Andréa Richard

Andréa Richard... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Andréa Richard

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors qu'une troisième édition du livre Femme après le cloître, d'Andréa Richard, paraît aujourd'hui même aux éditions Septentrion, le producteur René Savoie, des Productions du Milieu, a acquis les droits pour en faire une version cinématographique et s'active présentement à trouver un partenaire pour le coproduire.

Les Productions du Milieu sont basées au Nouveau-Brunswick, d'où est originaire Mme Richard, qui est désormais Trifluvienne d'adoption. Le projet est un film de fiction qui serait basé sur son livre Femme après le cloître. Pour le moment, le tout est à une étape embryonnaire, mais la scénariste Mélanie Léger travaille sur le projet.

«Ça fait plusieurs mois que nous travaillons à développer l'idée du scénario. Le but n'est pas de faire un film biographique», indique René Savoie.

«L'histoire d'Andréa est très inspirante et c'est plutôt un film inspiré de la leçon de sa vie que nous voulons développer. Son cheminement est porteur d'un message fort.»

Le producteur souhaite que le message de Mme Richard puisse enseigner, au contraire des religions qui endoctrinent, estime-t-il.

«Je comprends très bien son parcours. Ayant moi-même été enfant de choeur dans ma jeunesse, j'ai pu m'identifier à son drame», note M. Savoie. L'homme considère que les actes de terrorisme dont on est témoin aujourd'hui sont des exemples de ce que les sectes et les religions peuvent causer comme dommages lorsque les paroles des sages sont reprises par des hommes aux desseins de pouvoir, dit-il.

Andréa Richard aime beaucoup cet angle et considère qu'il sera plus facile de passer son message ainsi. Elle apprécie particulièrement le fait que l'on s'éloigne de son histoire d'amour qui l'a liée à un évêque après sa sortie des ordres, elle qui est devenue religieuse à l'âge de 16 ans, qui a passé 13 ans dans un ordre actif et cinq autres années cloîtrée, d'où sa venue au cloître des Carmélites à Trois-Rivières.

«Depuis que mon livre est paru en 1995, les médias ont toujours mis l'accent sur mon histoire d'amour alors qu'il serait bien plus intéressant de montrer ce qui se passe dans les communautés religieuses qui, à mon avis, sont des sectes», dit-elle.

Troisième édition

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la biographie d'Andréa Richard n'est pas passée inaperçue depuis sa parution en 1995, à un point tel que lors de la première édition, elle avait vécu une secousse au sein de sa famille.

«Les 2000 livres s'étaient vendus très rapidement et ça avait créé un scandale à cette époque.»

Devant cette situation, on procède habituellement rapidement à un second tirage, mais aux éditions Les Méridiens, on avait alors dû faire face à la colère de l'évêché de l'époque, qui avait des parts dans la maison d'édition et qui était intervenu pour faire cesser la parution, relate Andréa Richard. L'auteure aurait pu alors exiger une réédition, mais le fait d'arrêter la vente de son livre la soulageait presque, raconte-t-elle aujourd'hui.

«Ma mère était malade, le scandale l'affectait beaucoup et ma famille disait que j'allais la faire mourir...»

Ce n'est qu'en 2005 qu'une deuxième édition a vu le jour, cette fois aux Éditions de l'As, qui a procédé à deux tirages. Or, l'entreprise a cessé d'exister l'an dernier, dit Mme Richard, qui a alors fait affaire avec les Éditions Septentrion, qui avait publié deux autres de ses titres: Au-delà de la religion et L'essence de la vie.

Cette nouvelle édition arrive en principe aujourd'hui-même en librairie, dans une version revue et augmentée. On y a ajouté notamment trois pages à la fin du bouquin où Andréa Richard s'adresse directeur aux lecteurs, histoire de conclure avec son regard d'aujourd'hui et ses réflexions sur les nombreuses répercussions que ce livre a provoquées dans sa propre vie.

En publiant Femme après le cloître, l'éditeur note que cet ouvrage, qui se lit comme un roman, arrive à point dans le contexte d'une montée de l'intégrisme et du fondamentalisme religieux.

«Ce livre apporte un éclairage pertinent pouvant prémunir la propagande et les prosélytismes faits auprès des jeunes qui n'ont pas connu l'époque archaïque et ses méfaits», fait-on valoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer