• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Secondaire en spectacle: la Mauricie ne serait pas affectée par les coupes 

Secondaire en spectacle: la Mauricie ne serait pas affectée par les coupes

Après Chapeau, les filles!, c'est au tour de... (photo Janick Marois)

Agrandir

Après Chapeau, les filles!, c'est au tour de Secondaire en spectacle de passer dans le tordeur du ministère de l'Éducation. Toutefois, la Mauricie ne devrait pas souffrir de ces coupes.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors que l'on peut s'attendre à une levée de bouliers dans plusieurs régions du Québec où est prévue une autre coupe de budget qui menace la survie du programme Secondaire en spectacle, les nouvelles sont plutôt bonnes du côté de la Mauricie qui, de par une structure différente d'ailleurs, n'en souffrira pas vraiment.

C'est du moins ainsi que l'on perçoit les choses du côté de l'Unité régionale de loisir et de sport de la Maurcie (URLS), qui chapeaute l'événement au sein de la région. Même que le directeur général de l'organisme, Jean-Marc Gauthier, tient à rassurer les jeunes et les parents sur l'avenir de Secondaire en spectacle ici.

C'est qu'au sein de la Mauricie, l'URLS peut compter sur un budget de quelque 180 000 $, des sommes qui proviennent d'un partenariat avec plusieurs entités, que l'on parle d'écoles, de commissions scolaires, de la Conférence régionale des élus, ou du ministère de la Culture et des communications, entre autres.

C'est dans ce budget que s'insère le montant de 10 000 $ qui provient de la corporation de Secondaire en spectacle qui devrait être coupé de moitié, donc de quelque 5000 $, estime M. Gauthier. «Peut-être que dans d'autres régions, se faire couper 5000 $ sur 20 000 $, c'est gros, mais pour nous, sur un budget de 180 000 $, ça ne m'empêchera pas de dormir. On va s'ajuster et c'est tout», observe-t-il.

L'approche globale de la Mauricie

La région est particulièrement active en matière de loisir culturel, fait valoir M. Gauthier. Chaque année, la Mauricie et l'Abitibi sont de grands participants au Rendez-vous panquébécois de Secondaire en spectacle. «Nous arrivons toujours avec une centaine de jeunes chacun sur un total de 800 à 900. Le reste provient des 15 autres régions», indique le directeur général de l'URLS.

Là où la Mauricie se distingue, explique-t-il, c'est qu'on a conçu il y a deux ans le programme Secondaire en culture, un programme élargi qui accompagne les jeunes de 12 à 18 ans en arts de la scène, mais aussi ceux qui préfèrent des domaines comme l'improvisation, l'animation de spectacle, la photographie, la vidéo, la cuisine, l'illustration, voire le journalisme, entre autres. «On est un peu en dehors de tout ce qui se fait au Québec», fait valoir M. Gauthier.

Mais encore, il existe aussi un deuxième volet intitulé «Talents de la jeune relève», qui permet d'encadrer les jeunes et de les mener à participer à divers événements culturels. En 2014, certains jeunes de ce programme se sont produits à la Fête nationale de La Tuque, aux Grand Prix culturels de Trois-Rivières, au Festival de la truite mouchetée de Saint-Alexis-des-Monts, au Festival western de Saint-Tite, au Festival urbain de Trois-Rivières et au Festibeach de Lac-à-la-Tortue, entre autres.

Au total, pendant l'été 2014, 65 jeunes de la Mauricie ont pu se produire ainsi dans le cadre de dix événements et de quinze activités, se réjouit-on à l'URLS. Ce qui fait dire à M. Gauthier que si, éventuellement, les coupes devaient menacer le Rendez-vous panquébécois de Secondaire en spectacle, la Mauricie est en mesure de guider les jeunes vers plusieurs autres scènes tout aussi intéressantes et de leur faire profiter d'un bel encadrement, dit-il.

Ces programmes découlent de rencontres que l'URLS a effectuées auprès des jeunes de la région et avec les directions d'écoles. «Notre approche est globale et elle est plus sécurisante pour nous», indique M. Gauthier. «On parle beaucoup de partenariat en théorie, mais c'est ça, du partenariat, dans la vraie vie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer