Avenir incertain pour la collection R.-L.-Séguin

Le marche-à-terre est une des pièces maîtresses de...

Agrandir

Le marche-à-terre est une des pièces maîtresses de la collection Robert-Lionel-Séguin.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) L'avenir semble incertain pour l'intégrité de la collection Robert-Lionel-Séguin.

Le Musée québécois de culture populaire, qui en assume la gestion, la conservation et la mise en valeur depuis 2003 a fait savoir, mercredi, que désormais, «ses moyens financiers ne lui permettent pas de gérer, sans compensation, cette importante collection.»

L'Université du Québec à Trois-Rivières, qui est propriétaire de la collection depuis 1983, ne peut fournir les compensations financières qui permettraient au MQCP de poursuivre sa gestion de la collection. Elle est toutefois prête à lui céder la collection.

Le MQCP a indiqué, mercredi, qu'il est «intéressé à continuer la gestion et la mise en valeur de la collection et éventuellement en devenir propriétaire moyennant des conditions acceptables».

«On est en discussion en ce sens-là avec eux», confirme la vice-rectrice à l'Administration et aux Finances de l'UQTR, Johanne Giguère. «Il reste certains éléments à clarifier pour s'entendre sur une cession de cette collection-là. C'est sûr que c'est notre premier choix. On est privilégié, à Trois-Rivières, d'avoir un Musée et l'on pense que la collection devrait rester dans la région», dit-elle.

Pour l'instant, ajoute la vice-rectrice, l'UQTR «n'est pas en train de négocier un prix pour la cession de la collection. Le Musée n'a pas un gros budget. On tient compte de ça dans notre réflexion.»

Mme Giguère précise que de céder sans frais la collection au MQCP n'est qu'une hypothèse. «C'est le conseil d'administration qui va prendre cette décision», dit-elle, ajoutant qu'on est à la recherche de partenaires financiers ou de mécènes. «On regarde du côté du ministère de la Culture s'il n'y aurait pas des subventions», ajoute-t-elle.

Le Musée, indique Mme Giguère «est en compressions budgétaires importantes et souhaite une entente financière avec l'UQTR. Ce n'est pas évident parce que ce n'est pas dans notre mission de financer ce genre de choses-là», fait-elle valoir.

Le MQCP indique que les coûts associés à la gestion de cette collection sont en moyenne de 140 000 $ annuellement et que cette dépense est prise «à même ses budgets d'opérations depuis 10 ans».

L'entente entre le Musée et l'UQTR est échue depuis le 30 octobre 2003, précise Mme Giguère en rappelant que «le budget de fonctionnement de démarrage du Musée a servi à mettre en valeur la collection Robert-Lionel-Séguin. C'était la seule collection au moment du démarrage», dit-elle. «C'est grâce à cette collection-là que le Musée a pu voir le jour», rappelle-t-elle.

La porte-parole de l'Université explique que «notre mission, c'est l'enseignement et la recherche. On n'a pas de mission muséale. C'est sûr que c'est important pour nous de travailler étroitement avec le Musée et les partenaires régionaux pour s'assurer que la collection reste dans la région.»

Mme Giguère indique qu'on n'envisage pas de disperser la collection pour le moment. «On est en train de regarder avec le Musée une solution qui serait gagnante-gagnante», dit-elle.

«La mission culturelle qu'on s'était donnée lorsqu'on est né, l'UQTR, avec le recteur Boulet, était une mission plus culturelle. Il ne faut pas oublier d'où l'on vient si l'on veut savoir où l'on veut aller. Pour l'UQTR, dans les choix qu'on fait, il faut tenir compte de ça», explique la vice-rectrice.

Mme Giguère précise que pour l'instant, il n'est pas question de diviser la collection et de la répartir à divers endroits, «mais on est loin d'avoir exploré toutes nos hypothèses à ce stade-ci», dit-elle.

La collection Robert-Lionel-Séguin est composée de 22 000 objets qui étaient en usage dans la vie quotidienne à différents moments de l'histoire du Québec et représente une valeur patrimoniale exceptionnelle selon le MQCP. Le Musée possède, quant à lui, une collection de 60 000 objets.

La collection Robert-Lionel-Séguin est présentement conservée dans des conditions muséales dans un bâtiment autre que le Musée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer