Secondaire en spectacle: la finale locale est annulée

À moins de douze jours d'avis, les élèves de l'école secondaire des Chutes de... (Capture d'écran)

Agrandir

Capture d'écran

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Shawinigan) À moins de douze jours d'avis, les élèves de l'école secondaire des Chutes de Shawinigan qui devaient participer à la finale locale du concours Secondaire en spectacle ont appris lundi que l'activité serait annulée, eux qui s'y préparent depuis le début de l'année scolaire.

Le 20 février, une douzaine de numéros devaient être présentés par les élèves de cette école dans une soirée qui monopolisait aussi une vingtaine de jeunes pour assurer la technique et l'animation. Pour des raisons de santé, le responsable de cette activité a toutefois dû limiter ses tâches, abdiquant du coup ce dossier et créant une petite onde de choc chez les participants.

«Les élèves étaient très fâchés et même frustrés», rapporte un élève qui a demandé que l'on taise son nom. Lui-même ne calculait plus les heures de travail passées en vue de la soirée du 20 février, un travail qui est réduit à néant.

Chez certains élèves et parents, on peine à comprendre pourquoi la direction rejette les solutions proposées. Du côté des élèves, on a suggéré une avenue et on attendait mercredi une réponse de la direction. Même chose du côté de l'Unité régionale de loisir et de sport de la Mauricie (URLS) qui, mercredi aussi, souhaitait toujours régler la situation.

En après-midi, la coordonnatrice en développement culturel de l'URLS Mauricie, Isabelle Bédard, était toujours en mode solution. «Nous sommes à trouver des solutions pour permettre aux jeunes de vivre leur expérience. Ils sont inquiets et on fait tout en notre pouvoir pour qu'ils ne soient pas brimés. On essaie de travailler en collaboration avec l'école et on attend justement des retours à ce sujet.»

Le hic, c'est que pratiquement au même moment, le directeur de l'école, René Perron, avisait de son côté les autorités de la Commission scolaire de l'Énergie qu'on n'était plus en mode solution, mais que l'activité était bel et bien annulée.

«Il n'y aura pas de finale locale. On nous dit qu'ils ont essayé de trouver toutes sortes de solutions et qu'il en sont venus à la conclusion qu'il n'y en aurait pas», rapportait mercredi après-midi la coordonnatrice aux services du secrétariat général et aux communications de la Commission scolaire, Renée Jobin.

C'est précisément l'attitude de la direction qui a offusqué certains parents.

«L'unité régionale de loisir et de sport de la Mauricie a proposé de prendre le dossier en charge afin de permettre aux jeunes de vivre l'expérience, mais l'école refuse catégoriquement», soulignait déjà mercredi matin une mère soucieuse de garder l'anonymat. «Le plus frustrant, c'est que les jeunes travaillent depuis des mois pour préparer ce spectacle et, à une semaine et demie de l'événement, nous les privons dû à des adultes têtus», déplore-t-elle.

En fin de journée, la coordonnatrice de l'URLS se disait désolée d'apprendre que la direction avait décidé de ne pas opter pour l'une des solutions proposées, d'autant plus qu'une autre école était prête à accueillir les jeunes pour combiner la finale et que tous ces jeunes ne pourront pas se hisser au concours régional, ni au convoité Rendez-vous panquébécois.

«Je trouve dommage que les jeunes soient brimés. On leur dit toujours qu'il faut s'impliquer et s'affirmer et quand on a une belle participation, on leur coupe l'herbe sous le pieds», observe Mme Bédard.

Le directeur de l'école n'a pas retourné les appels du Nouvelliste.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer