Comédie sexy pour la Saint-Valentin

Ci-dessus, Martin Vachon et Marie Soleil Dion, deux... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ci-dessus, Martin Vachon et Marie Soleil Dion, deux des quatre comédiens qui présenteront la pièce Ma première fois à Trois-Rivières, le 14 février, aux prémisses d'une tournée qui les occupera jusqu'en octobre prochain.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Ils sont quatre sur scène et ils parlent de sexe à longueur de soirée à fréquence régulière depuis que leur pièce a séduit le public au Festival Juste pour rire cet été. Maintenant qu'ils amorcent leur tournée, ils s'en promettent tout autant pour leur passage à la salle J.-Antonio-Thompson de Trois-Rivières le samedi 14 février.

En entrevue, les comédiens Martin Vachon et Marie Soleil Dion, qui partagent la scène avec Jonathan Roberge et Roxane Bourdages, esquissent d'ailleurs un large sourire à l'idée de livrer cette comédie le soir de la Saint-Valentin. «C'est la sortie idéale pour un couple ou pour une première date», soulignent-ils. «On parle quand même de relations sexuelles pendant une heure et demie de temps.»

Leur proposition s'intitule Ma première fois, une pièce écrite en 2007 par l'Américain Ken Davenport. Le créateur avait lancé le défi aux internautes de raconter leur première expérience sexuelle sur son blogue, exercice qui lui avait permis de recueillir 40 000 témoignages.

C'est à partir de cette matière qu'il a créé les tableaux de cette comédie qui, à ce jour, a été traduite dans huit pays et qui cumule 3,5 millions de billets vendus. Au Québec, elle a été adaptée et mise en scène par Jasmin Roy, qui a ajouté des références typiquement québécoises ici et là au besoin.

Autrement, la pièce traite d'un sujet universel. «Tout le monde a eu une première fois et on dépeint tout de même une réalité de notre société car on touche aux premières fois de jeunes adultes de plusieurs époques. Perdre sa virginité dans les années 70 et dans les années 90, ce n'est pas pareil», fait valoir Martin Vachon.

«L'objectif du spectacle, c'est de raconter le plus de types de premières fois possible, certaines avec des monologues de quatre ou cinq minutes et d'autres qui se résument en une phrase», observe Marie Soleil Dion.

Les tableaux sont courts, mais nombreux pour couvrir l'éventail des expériences. En une soirée, ils en abordent une cinquantaine, la grande majorité sous l'angle de l'humour, quoique certains autres tableaux relatent un ou deux épisodes plus rudes.

L'ensemble est présenté sous une forme hybride, notent les comédiens, dans un alliage de théâtre et de spectacle d'humour où on utilise peu d'éléments de décors, misant plutôt sur un jeu physique et un rythme effréné.

La pièce s'adresse aux 16 ans et plus. Martin Vachon et Marie Soleil Dion avisent d'autant plus les gens du fait qu'ils sont tous les deux très connus des plus jeunes sur les ondes de VRAK TV. «On utilise quand même un langage cru, on ne fait pas dans la dentelle», avise Marie Soleil. «Si le parent veut emmener son adolescent, ça peut susciter une belle discussion, mais on n'emmène pas son enfant de 9 ou 10 ans», disent-ils.

Sur scène, les comédiens observent que chez les spectateurs dans la vingtaine qui sont habitués à un langage plus cru, la réponse est rapide. En revanche, dans les salles où la moyenne d'âge des spectateurs est plus élevée, on note une période d'adaptation en début de soirée, jusqu'à gagner leur adhésion, disent-ils.

Les comédiens sont confiants. «On les gagne tous. Ce n'est pas un show normal. C'est la première fois qu'on présente un spectacle qui traite autant de sexualité. C'est un show qui ose, mais on ne dépasse pas les limites. On peut dire qu'on est le Bleu nuit du théâtre», fait valoir Martin Vachon. «C'est sexy, coquin et chaque représentation est différente.»

Dans cet esprit, les spectateurs sont d'ailleurs appelés à participer à la soirée en notant leur propre première expérience sur un formulaire à remplir à l'entrée, des informations qui nourriront plus tard la portion interactive de la soirée. «C'est un des moments les plus appréciés du spectacle», conclut Martin Vachon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer