L'exposition sur Anne Frank prend forme

L'enseignante Chantal Lapolice est entourée des élèves James... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'enseignante Chantal Lapolice est entourée des élèves James Gélinas et Marilee Lapolice, dans la bibliothèque de l'école Val-Mauricie, qui accueillera l'exposition itinérante Anne Frank, une histoire d'aujourd'hui, en février. Ils posent avec des travaux des élèves, dont des lunettes qui cachent les atrocités que voyaient les soldats.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

L'histoire d'Anne Frank occupera l'espace de la bibliothèque de l'école secondaire Val-Mauricie en février. Ce vendredi, 16 élèves de quatrième et cinquième secondaires seront formés pour servir de guides à la visite de l'exposition itinérante Anne Frank, une histoire d'aujourd'hui, qui pourra être vue par les élèves de l'école et des groupes d'autres établissements, ainsi que par le grand public les 14 et 21 février.

Les élèves de la classe d'histoire de cinquième... (Photo: Jean-Pierre Frigon) - image 1.0

Agrandir

Les élèves de la classe d'histoire de cinquième secondaire de Jean-Pierre Frigon, à l'école secondaire Paul-Le Jeune, présenteront leurs travaux sur le camp de concentration Bergen-Belsen à Val-Mauricie. 

Photo: Jean-Pierre Frigon

La venue à Shawinigan de cette exposition de la Maison Anne Frank d'Amsterdam s'inscrit dans l'intégration de la thématique de la Deuxième Guerre mondiale dans le programme de français de deuxième secondaire à Val-Mauricie. Depuis 15 ans, les enseignantes Chantal Lapolice et Karène Lapointe explorent notamment les enjeux reliés à l'antisémitisme avec leurs élèves.

Le récit de la vie d'Anne Frank, cette adolescente juive qui vécut terrée dans un appartement clandestin avec sa famille pour se cacher des nazis, a nourri les connaissances, les réflexions et les travaux scolaires des jeunes pendant toutes ces années. C'est la conseillère pédagogique à la Commission scolaire de l'Énergie Isabelle Saint-Hilaire qui a initié les démarches pour faire venir l'exposition itinérante sur Anne Frank à Shawinigan.

Les 3, 4 et 5 février, la visite sera en mode rodage; les membres du personnel de la commission scolaire pourront alors la voir. Puis, du 9 au 27 février, les élèves de Val Mauricie et plus d'une douzaine de groupes d'autres écoles la visiteront. La bibliothèque ouvrira gratuitement ses portes au grand public les samedis 14 et 21 février de 10 h à 16 h.

Présentée dans plus de 60 pays, l'exposition dévoile en 34 panneaux l'histoire de la jeune fille qui mourut à 15 ans au camp de Bergen-Belsen, après avoir d'abord été déportée à Auschwitz avec sa famille à la suite d'une dénonciation. Des travaux d'élèves de Val-Mauricie ont été ajoutés au matériel de l'exposition officielle.

Paul-Le Jeune participe aussi

Des jeunes de l'école secondaire Paul-Le Jeune, de Saint-Tite, ont aussi contribué. À travers l'étude de la Deuxième Guerre mondiale et des thèmes connexes comme le nazisme et l'holocauste, les élèves du groupe d'histoire de cinquième secondaire de Jean-Pierre Frigon ont approfondi le sujet du camp de concentration nazi Bergen-Belsen.

«Quand les Britanniques ont libéré le camp de Bergen-Belsen, en avril 1945, ils ont découvert une abomination. Il restait encore 60 000 prisonniers, et il y avait 15 000 cadavres qui n'étaient pas ensevelis. Les Britanniques étaient débordés et ont fait appel à d'autres détachements, dont des Canadiens, pour les aider», raconte M. Frigon, qui a déjà reçu dans ses classes un vétéran de Sainte-Thècle, Rosaire Saint-Gelais, qui avait contribué à disposer des cadavres à Bergen-Belsen.

Des extraits du témoignage de M. Saint-Gelais, décédé en 2007, se retrouvent dans des montages photos et vidéos qui seront inclus à l'exposition sur Anne Frank à Val-Mauricie. Les élèves de M. Frigon ont également réalisé cinq panneaux informatifs sur le camp, en abordant les angles de ses différentes vocations pendant la guerre, de sa libération, du sort de ses gardiens, de la présence de Canadiens et de l'importance de se souvenir d'Anne Frank.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer