Du renfort pour redresser la situation à l'Astragale

Claire Mayer prête ses connaissances au comité à... (Photo: Andréanne Lemire)

Agrandir

Claire Mayer prête ses connaissances au comité à titre de consultante-spécialiste, elle qui a fondé cette école et qui l'a dirigée jusqu'en 2009.

Photo: Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est avec la formation d'un comité de gestion et de redressement que trois des cinq membres du conseil d'administration de l'Astragale travaillent actuellement à la relance de leur école de danse, les deux autres membres du CA ayant remis leur démission.

Après la reprise des cours du programme danse-études hier, on tentera de relancer les cours du soir dès la semaine prochaine, sinon la suivante.C'est du moins le souhait que formule Claire Mayer, qui prête ses connaissances au comité à titre de consultante-spécialiste, elle qui a fondé cette école et qui l'a dirigée jusqu'en 2009.

Autour d'elle, dans le comité de gestion et de redressement, on retrouve la directrice du bureau régional du ministère de la Culture et des Communications, Claire Pépin; le directeur général de Culture Mauricie, Éric Lord, de même que deux parents d'élèves, soit Julie Carbonneau et Andrée Pelletier.

Au sein de ce comité, on a l'intention de rencontrer prochainement les parents du programme danse-études, histoire de clarifier la situation. On s'applique aussi déjà à contacter un à un les parents des quelque 200 élèves qui suivaient des cours du soir à cette école afin de jauger leur intérêt à poursuivre leur formation à l'Astragale, certains ayant déjà changé d'école dans les circonstances, observe Mme Mayer.

Cette dernière estime que la création d'un tel comité aurait changé bien des choses si on avait procédé de la sorte cet automne. «Habituellement, dans une situation du genre, le conseil d'administration peut prendre la relève et poursuivre les activités en effectuant des coupes et en faisant des ajustements sans même que les élèves en soient affectés», dit-elle. «Il y a eu beaucoup de bon vouloir, mais aussi des maladresses et un grand manque d'expérience.»

Ce week-end, elle a eu l'assentiment du conseil d'administration pour effectuer les démarches nécessaires à la relance, ce qu'elle fait notamment en négociant avec les professeurs de danse qui, jusque-là, étaient demeurés dans l'incertitude. Mme Mayer a déjà établi de nouvelle ententes avec plusieurs d'entre eux. «En fait, plusieurs nous ont offert gracieusement de revoir leurs conditions pour nous donner un coup de main.»

Elle revoit notamment leurs honoraires à la baisse et a pris des arrangements avec eux pour les sommes qui leur étaient dues.

Des négociations s'amorceront aussi dans les prochains jours avec la directrice de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy concernant cette fois les sommes dues pour la location des locaux de l'école.

Les rencontres se sont succédé pendant tout le week-end pour adopter toutes ces orientations, indique Mme Mayer. C'est aussi ce week-end que l'on a redéfini le conseil d'administration de l'école. Les trois membres restants sont Jean-Paul Pépin (président), Nathalie Milot (vice-présidente) et Viviane Gascon (administratrice), les deux démissionnaires étant Andrée Boisvert et Karine Beaudoin.

Pour le moment, il reviendra au comité de gestion et de redressement et aux membres actuels du conseil d'administration de voir à la gestion de l'école jusqu'à ce que la situation soit complètement rétablie. «Nous sommes à définir les rôles de chacun et d'autres gens pourraient encore se greffer à nous», indique Mme Mayer.

«Notre travail sera de régler la situation une chose à la fois et de bousculer le moins possible. Pour le moment, il y a beaucoup de parents et de gens qui ont été insécures, oui, mais il y a aussi eu beaucoup de gens qui se sont offerts et qui ont voulu nous aider, certains même en proposant de mettre de l'argent sur la table», dit-elle. «Personnellement, je n'ai jamais vu ça. Je crois que les gens ont un réel sentiment d'appartenance à cette école.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer