• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Personnalités de l'année: des étudiants à la défense du Conservatoire 

Personnalités de l'année: des étudiants à la défense du Conservatoire

Les élèves du Conservatoire de musique de Trois-Rivières... (PHOTO: ÉMILIE O'CONNOR)

Agrandir

Les élèves du Conservatoire de musique de Trois-Rivières se sont mobilisés en faveur de la survie des conservatoires en région.

PHOTO: ÉMILIE O'CONNOR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Non seulement ont-ils démontré leur attachement à leur établissement de formation, mais ils ont aussi lancé un plaidoyer en faveur des régions. Les élèves du Conservatoire de musique de Trois-Rivières ne sont pas restés silencieux devant la menace de fermeture des conservatoires en région.

Leur mobilisation a permis de mieux faire connaître l'institution, et d'illustrer l'importance qu'elle revêt pour les musiciens en herbe et pour le développement culturel des territoires hors des grands centres.

En septembre, la fuite d'un document avait ébruité le possible scénario de la fermeture des conservatoires de Rimouski, Saguenay, Gatineau, Val d'Or et Trois-Rivières, pour ne garder ouverts que ceux de Montréal et de Québec. 

Les voix se sont tout de suite élevées pour dénoncer cette amputation du réseau qui propose une formation musicale publique de haut niveau. 

Des diplômés aux carrières prolifiques (dont le chef de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières Jacques Lacombe) et plusieurs intervenants du milieu ont témoigné de la nécessité des conservatoires en région dans une optique d'accessibilité, mais également comme pôle de vitalité culturelle.

Les élèves eux-mêmes ont spontanément exprimé leur indignation devant la perspective de ce démembrement. Le 19 septembre, ils ont organisé une manifestation tout en musique à la place de l'Hôtel de ville de Trois-Rivières. 

Derrière une affiche indiquant: «Sauvons les conservatoires, l'art, la culture, nos artistes, le futur, les régions, notre avenir et notre présent», le vice-président de l'Association des élèves du Conservatoire de musique de Trois-Rivières Guillaume Veillet et son confrère Ïoan Bastarache s'adressaient aux passants pour démystifier le fonctionnement et le rôle du conservatoire et pour sensibiliser les gens à son importance.

«Le but est de faire connaître l'institution à ceux qui ne la connaissent pas. L'objectif est de se montrer. De montrer au public ce qu'on fait, qui on est, et la vision qu'on a par rapport à l'avenir du conservatoire», expliquait Guillaume Veillet pendant que des groupes de musiciens se succédaient pour animer la place et faire valoir leurs arguments via leurs instruments. Les élèves se sont par la suite dirigés vers le bureau du député et ministre Jean-Denis Girard pour y interpréter quelques pièces.

Le jeudi suivant, une quarantaine d'élèves se sont joints à des confrères et consoeurs d'ailleurs en province pour une manifestation musicale au parlement de Québec. Ils se sont aussi exprimés lors de la visite de la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, à Trois-Rivières le 27 septembre.

«Les jeunes qui se sont mobilisés ont montré qu'ils étaient attachés à leur région. Ce qui m'a aussi marquée, c'est le discours des élèves plus avancés, qui pensaient aux plus jeunes. Ils sont conscients des privilèges qu'ils ont, et ils sont aussi conscients qu'il faut se battre pour les conserver. Ils sont nés dans un contexte où l'accès à une éducation de qualité était un acquis et là, ils ont été confrontés au fait que ces acquis peuvent disparaître», observe la directrice générale de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Natalie Rousseau, qui a elle-même fréquenté le Conservatoire de Trois-Rivières.

«On dit souvent que les jeunes sont passifs, mais ils ont fait la preuve que c'est une question d'occasion pour qu'ils se mobilisent pour une cause. Je faisais justement remarquer à mon collègue Gilles Bellemare que ces jeunes ont fait ce qu'on pouvait faire ''dans notre temps'', mais de façon plus organisée. C'est une belle jeunesse qui pousse!», commente pour sa part Raymond Perrin, professeur au conservatoire et délégué local auprès du Syndicat des professeurs du Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer