Le milieu culturel de Mékinac se mobilise

Gilles Gignac, président du Comité culturel de Mékinac,... (Photo: Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Gilles Gignac, président du Comité culturel de Mékinac, s'inquiète de la disparition du poste d'Agent de développement culturel.

Photo: Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) Le milieu culturel de Mékinac n'a pas l'intention de rester les bras croisés face à la disparition annoncée en février prochain du poste d'agent de développement culturel dans cette MRC. C'est du moins ce que laisse entendre le président du jeune Comité culturel Mékinac, Gilles Gignac, qui souhaite rencontrer rapidement le préfet de la MRC, Alain Vallée, à ce sujet.

Nouveau pacte fiscal ou pas, les intervenants de Mékinac veulent trouver une solution. C'est qu'ils l'attendaient depuis longtemps leur agent de développement culturel, en l'occurrence Frédéric Lamothe, et le travail exceptionnel abattu par ce dernier en deux ans, a démontré hors de tout doute qu'il existait un besoin dans la MRC. En deux ans seulement, on a tenu un forum culturel, élaboré un plan d'action. Un site Internet et une page Facebook sont apparus, illustrés par un visuel propre à Mékinac. Enfin un répertoire a été élaboré ainsi qu'un calendrier d'activités et un bulletin.

«Nous étions un peu sur une lancée depuis deux ans, confie M. Gignac. Le comité culturel est très actif et beaucoup de monde veut s'y joindre. Je dirais que le nouveau pacte fiscal avec les municipalités et les MRC nous a un peu secoués, parce que c'est une remise en question des postes, chez nous du poste de Frédéric. Il y aussi les coupes au CLD Mékinac. Des discussions sont entamées, et je ne connais pas la dimension des coupes. Mais je sais que lors du dernier budget de la MRC, où la question de la culture a été soulevée, on s'est aperçu qu'on ne prenait pas beaucoup de place dans l'avenir qui s'en vient.»

M. Gignac dit avoir demandé à rencontrer le préfet de la MRC ainsi que le directeur général puisqu'il a eu le mandat de son conseil d'administration de tenter de clarifier la situation. «On a beau avoir un comité culturel, si on n'a pas d'agent culturel pour coordonner et faire le travail, comme Frédéric le fait très bien, on va se retrouver Gros-Jean comme devant. Lorsqu'on a rencontré le préfet de la MRC avec Bryan Perro, récemment, il a demandé aux intervenants bénévoles, dont nous, de mettre encore un peu plus de temps». Les cheveux se sont hérissés sur ma tête! Je ne deviendrai pas l'agent culturel bénévole pour le territoire. C'est un peu tout ça qui nous a amenés à nous questionner.»

M. Gignac rappelle par ailleurs qu'il y a quand même deux maires qui siègent au conseil d'administration du comité culturel de Mékinac, Jean-Claude Pelletier, de Lac-aux-Sables, et Paul Labranche de Saint-Adelphe, qui tiennent tout de même le comité au courant de l'évolution de la situation. «Il a d'abord été question d'un demi-poste d'agent culturel, puis de confier aussi la culture à l'agent de développement touristique etc. (un poste qui est aussi en sursis). Toutes sortes de rumeurs circulent. Tout ce que je sais, c'est que notre agent de développement culturel a été avisé qu'il perdrait son poste à la fin de février. À partir de là, je vais faire une planification. Comme on a beaucoup de jeunes sur le comité, on n'est pas découragés. On se dit qu'on a présenté un plan d'action sur trois ans au ministère pour aller chercher de l'argent supplémentaire mais qu'il faut un agent de développement culturel pour le gérer», de conclure M. Gignac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer