Auteur d'ailleurs, images d'ici

L'auteur Pierre Labrie.... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'auteur Pierre Labrie.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Tant du côté de ses recueils de poésie que du côté de sa littérature jeunesse ou de ses romans destinés aux jeunes adultes, ceux qui scrutent attentivement l'oeuvre signée Pierre Labrie retrouveront ici et là une couleur typiquement régionale sur les pages couvertures de ses livres.

Plusieurs bouquins de Pierre Labrie ont été illustrés... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Plusieurs bouquins de Pierre Labrie ont été illustrés par des artistes de la région, dont Éric Gélinas (Le Rôdeur) et Guy Langevin (Mais moi je dormais).

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Même s'il a quitté Trois-Rivières il y a presque cinq ans, après y avoir passé 15 ans, l'auteur garde des contacts étroits avec les artistes en arts visuels de la Mauricie. Plus souvent qu'autrement, c'est vers eux qu'il se tourne pour imager ses écrits.

Guy Langevin, Alain Fleurent et Guillaume Massicotte ont tour à tour prêter leur art aux pages de Labrie, tout comme le photographe Éric Gélinas a illustré la page couverture de son roman jeunesse Le Rôdeur tout dernièrement. En fait, c'est la quatrième fois que ce dernier prête ses clichés pour imager les romans de Labrie.

Encore plus récemment, l'auteur a lancé un appel pour illustrer son recueil de poésie Les jours fastes, publié aux Éditions Trois-Pistoles, et c'est Catherine Lapointe, membre de l'Atelier Presse papier, qui a répondu. «En fait, c'est une autre artiste, Élisabeth Mathieu, qui a fait l'entremetteuse», fait valoir Labrie.

Intéressé, l'auteur a visité le site Internet de Catherine Lapointe et s'y est arrêté avec stupéfaction en réalisant que l'artiste avait déjà, dans ses oeuvres, une image qui correspondait tout à fait à une scène précise de son livre.

«C'était la maison de mon personnage, avec les corbeaux devant. J'hallucinais. J'ai rappelé Élisabeth Mathieu et je lui ai dit: «C'est une blague. Tu dois absolument me mettre en contact avec elle». J'ai pris l'image tel quel.»

Ce livre, Les jours fastes, est le cinquième bouquin qu'il publie cette année et il en sortira un sixième au cours des prochaines semaines, soit le septième tome d'une série pour enfants intitulée Salto.

Pierre Labrie n'est pas originaire de la Mauricie. Il vient de Mont-Joli, mais c'est à Trois-Rivières qu'il a étudié la littérature et qu'il s'est impliqué dans le milieu culturel. Il l'a fait notamment à titre de coordonnateur à la programmation du Salon du livre de Trois-Rivières pendant quatre ans ainsi que comme président de la Société des écrivains de la Mauricie.

Voilà cinq ans qu'il habite Greenfield Park, tout en gardant ses contacts ici. «Je ne suis pas parti fâché de Trois-Rivières. Il y a des gens là-bas à qui je dois beaucoup. C'est Gaston Bellemare et Maryse Baribeau qui m'ont mis sur la mappe», donne-t-il en exemple en nommant les deux manitous du Festival international de poésie.

De son passage à Trois-Rivières, il retient d'autres rencontres marquantes, celles des Alphonse Piché et Clément Marchand notamment. C'est d'ailleurs le poète Piché qui avait insisté auprès des Écrits des Forges, à ses débuts, pour que son premier recueil soit publié. «J'ai aussi fait de nombreux livres d'artistes avec les gens de Presse papier, alors j'ai conservé de bons liens d'amitié», dit-il. «Les artistes à Trois-Rivières travaillent beaucoup en équipe. Il n'y a pas de compétition. Ils sont plus portés à s'aider entre eux.»

Encore en février, il a lancé un appel pour une page couverture, la majorité des offres sont venues de Trois-Rivières.

«Les fois où je n'ai pas eu de couvertures de Trois-Rivières, c'est parce que c'était des choix imposés par l'éditeur», note Labrie. À ce jour, l'auteur a publié 35 ouvrages, dont quinze recueils de poésie, un roman pour adulte, quatre autres pour jeunes adultes et adultes et la balance en littérature jeunesse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer