Le Messie, prise trois

L'Ensemble Vocalys en sera à une troisième collaboration... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Ensemble Vocalys en sera à une troisième collaboration avec l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières pour Le Messie.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'Orchestre symphonique de Trois-Rivières et l'ensemble Vocalys s'uniront pour une troisième fois en quatre ans, samedi, pour visiter le classique du répertoire baroque qu'est Le Messie de Haendel en compagnie de quatre solistes. Le chef de l'OSTR voit dans ce rendez-vous renouvelé l'occasion d'optimiser encore davantage la maîtrise de cet oratorio en trois parties composé en 1741.

Le chef de l'OSTR Jacques Lacombe... - image 1.0

Agrandir

Le chef de l'OSTR Jacques Lacombe

«Il n'y a jamais de fin dans ce travail-là avec des grandes oeuvres comme Le Messie. C'est la même chose avec l'opéra Carmen, que je viens de diriger à Berlin. J'ai dirigé une quarantaine de représentations de Carmen, et il y a toujours du travail à faire pour aller plus loin», confiait le maestro mercredi matin, au lendemain de son retour d'Allemagne où il a mené l'opéra de Bizet au Deutsche Oper Berlin les 28 novembre, 2 et 8 décembre.

La première alliance entre Vocalys et l'OSTR pour l'interprétation du Messie remonte à décembre 2010. Pratiquement tout de suite après le decrescendo des applaudissements d'un public ravi, couronnant l'Halleluja final, Jacques Lacombe souhaitait renouveler l'expérience avec l'ensemble dirigé par Raymond Perrin. Le chef entrevoyait alors tout le potentiel d'exploration plus profonde des subtilités de l'oeuvre. Deux ans plus tard, en décembre 2012, on pouvait déclarer la mission accomplie.

Le même défi motive le chef cette année. «On ne part pas de zéro. C'est l'occasion d'aller encore plus loin. L'objectif est de faire en sorte que notre interprétation donne l'effet d'un gros phrasé de musique de chambre. On pourrait penser qu'on est limité par des automatismes quand on a joué une oeuvre plusieurs fois, mais au contraire, ça donne une plus grande possibilité de liberté et de spontanéité», commente le chef qui guidera 26 musiciens samedi, dans le respect du style baroque.

Trois des quatre solistes invités, la soprano Nathalie Paulin, la mezzo-soprano Mireille Lebel et la basse Gordon Bintner, ont déjà chanté avec l'OSTR. Nathalie Paulin avait été entendue dans le Requiem de Mozart en mars 2013, Mireille Lebel dans la Deuxième symphonie de Mahler en mai 2009 et Gordon Bintner, lauréat du 27e concours de l'OSTR, était du concert d'ouverture de la saison 2011-2012.

Le ténor canado-américain Isaiah Bell complétera le quatuor de solistes qui feront vivre les airs et récitatifs inclus dans la quarantaine de petits mouvements formant Le Messie. Des choeurs et des sections instrumentales ponctuent cette évocation de la naissance du Christ, sa Passion, sa Résurrection et celle de l'âme de tous les chrétiens, d'après un livret de Charles Jennens.

Comme spectateur moyen, on peut se demander si on sera en mesure de saisir toute la subtilité de l'évolution du Messie par l'OSTR et Vocalys depuis 2010. «Ma réponse sera simple: Ça n'a aucune importance. Notre objectif à nous, sur la scène, est d'être dans le moment présent, de donner des émotions, de profiter de l'oeuvre au maximum. Et pour le spectateur, c'est selon son état d'esprit qu'il va recevoir l'oeuvre différemment par rapport aux deux autres fois. Ce qu'on offrira au public, c'est une version plus peaufinée», répond le chef.

Jacques Lacombe et les quatre solistes invités à Trois-Rivières livreront Le Messie avec le New Jersey Symphony Orchestra les 19, 20 et 21 décembre, soutenus par le choeur des étudiants de la Montclair State University. Le choeur sera plus imposant pour cette interprétation-là, comparativement aux 20 voix de Vocalys samedi soir à la salle J.-Antonio-Thompson. «Il y a plusieurs façons de faire Le Messie. Moi je préfère les plus petits ensembles, en baroque; ça donne plus de légèreté», commente le chef.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer