La valeur peut attendre le nombre des années

L'écrivain trifluvien Claude Dion a mis du temps... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'écrivain trifluvien Claude Dion a mis du temps à produire son premier roman mais l'expérience en a valu la peine et Si seulement les vents avaient été favorables est bien distribué et suscite d'excellents commentaires.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y a des écrivains de métier, d'autres qui sont happés par la littérature une fois leur vie professionnelle arrivée à son terme. Le Trifluvien Claude Dion est de la seconde catégorie et il offre, à 75 ans, un tout premier roman, Si les vents avaient été favorables, aux Éditions JCL.

Roman policier, d'aventures, d'amour, mais surtout, un roman historique puisque l'auteur a situé son histoire au début du XIXe siècle et la fait débuter à Boston. Pourquoi Boston? «Parce que c'est une ville que j'ai assez bien connue pour l'avoir visitée plusieurs fois au cours de ma vie, à une époque où j'ai habité aux États-Unis pour des raisons professionnelles», explique-t-il.

II faut savoir que c'est en écrivant les histoires de voile et de nautisme tenues de son père, originaire de Rimouski, qu'il a entamé ce récit, lui qui n'avait, de prime abord, aucune formation en littérature.

Passionné par la démarche, il a cherché à étoffer ces récits pour en faire un roman en y ajoutant l'humanité de personnages. Comme il lui fallait bien les situer sur le bord de l'eau pour les incorporer à ses récits maritimes et puisqu'il tenait à évoquer le fascinant et périlleux passage du Cap Horn, les ports québécois apparaissaient peu plausibles. Celui de Boston, par contre...

Pourquoi 1825? Parce qu'il fallait que le récit se déroule avant l'apparition des bateaux à vapeur, tout simplement. Il reste que ces choix, pour logiques qu'ils sont, n'en ont pas moins contraint Claude Dion à faire des recherches, beaucoup de recherches, pour s'assurer de dépeindre correctement l'époque.

«La maison d'édition a mis un historien à contribution pour revoir mon manuscrit et il m'a suggéré d'étoffer mon récit avec des faits et des aspects historiques, d'expliquer l'auteur. J'ai énormément fouillé et je me suis assuré de trouver deux ou trois sources venant corroborer chaque aspect historique évoqué dans le récit. C'est une démarche assez lourde mais absolument passionnante.»

Les riches et vivantes descriptions qu'il fait de la vie quotidienne à Boston et Londres de même que des voyages au long cours sur les grands voiliers enrichissent effectivement son récit et lui confèrent un intérêt particulier qui lui vaut d'être d'abord considéré comme un roman historique.

Par contre, Si seulement les vents avaient été favorables ne serait pas ce qu'il est sans des intrigues romanesques comme une histoire d'amour plutôt singulière et un volet policier d'autant plus intrigant qu'il se passe à une époque obscure où la nature des forces constabulaires échappe à la culture du commun des mortels.

«Il me fallait trouver des personnages intéressants et leur donner des motivations pour les faire évoluer. L'amour est trop important dans nos vies pour ne pas l'exploiter dans un récit et il aidait à définir les caractères des personnages.»

«Mon personnage principal est tiraillé entre l'amour et une profonde soif de liberté et de réussir sa vie. En fait, j'avoue qu'à partir d'un certain moment, les personnages ont tellement pris vie dans mon imagination qu'ils m'ont eux-mêmes dicté leur destin. Ils vivent de grandes épreuves mais c'est conforme aux défis qui s'offraient aux gens de cette époque et ça s'avère de puissants révélateurs de leur nature profonde.»

Au delà du plaisir qu'il a lui-même eu à écrire ce roman de 418 pages, Claude Dion en trouve un autre, plus grand encore. «De constater que les gens ont pris du plaisir à le lire, j'avoue que c'est une très grande satisfaction. Je trouve que c'est là que ce travail d'une dizaine d'années prend tout son sens.»

Le livre est bien distribué dans pratiquement toutes les bonnes librairies sous sa forme papier mais est également disponible dans son format numérique ici comme en Europe francophone.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer