QW4RTZ fait sa rentrée au Théâtre Saint-Denis

Dans l'ordre, les quatre membres de QW4RTZ: Louis...

Agrandir

Dans l'ordre, les quatre membres de QW4RTZ: Louis Alexandre Beauchemin, François «FA2» Dubé, François Pothier Bouchard et Philippe C. Leboeuf.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est mercredi soir que QW4RTZ présentera son tout nouveau spectacle au Théâtre Saint-Denis de Montréal, une représentation qui soulève un vent de fébrilité au sein du quatuor vocal trifluvien. «On est vraiment énervés et excités par cette première. C'est la grande rentrée pour nous», observait Louis Alexandre Beauchemin, plus tôt cette semaine.

Le groupe est à l'aube d'une tournée québécoise qui prévoit une escale à Trois-Rivières le 12 décembre. Voilà maintenant une bonne année que les quatre hommes et leur metteur en scène, Serge Postigo, planchent sur ce spectacle, qui couvrira pas moins de 54 chansons en moins de deux heures. «Pour ce show-là, on avait envie de repousser encore plus loin nos limites. Notre but ultime, c'est qu'au bout de deux ou trois chansons, les gens aient complètement oublié qu'ils sont devant quatre gars a capella avec rien d'autre», note le chanteur.

Quatre gars, un large répertoire de chansons et un humour qui sera très présent. «Ce n'est surtout pas un récital ou un concert. C'est vraiment un show», dit Beauchemin, qui parle aussi d'une performance physique. «Chanter a capella, c'est se mettre constamment en danger. On sort de ce spectacle-là comme on sort d'un match de basket ou de soccer.»

Le travail de création s'est fait à cinq autour d'une table, à sortir des centaines et des centaines de titres pour faire leur sélection, raconte le chanteur. «Chaque pièce a sa raison d'être là et veut dire quelque chose pour chaque membre du groupe», dit-il. «On a le sentiment que le spectacle n'arrête jamais. Pour nous, c'est comme si c'était une seule chanson, entrecoupée d'interventions.»

Louis Alexandre Beauchemin considère que l'expérience des dernières années a joué en leur faveur. «Je crois que le premier spectacle nous a énormément appris et que maintenant, avec ces connaissances, on a vraiment fait le spectacle qu'on voulait. On peut aller plus loin dans nos folies et on y va fort, avec beaucoup de plaisir.»

C'est la deuxième mise en scène que signe Serge Postigo pour QW4RTZ, ce qui donne de la profondeur à leur travail, considère encore Beauchemin. Au-delà de ses connaissances de la scène, de son sens du rythme et du punch, le regard extérieur de Postigo et son côté mélomane apportent aussi au niveau musical, dit-il.

«Il était déjà un fan d'a capella et avait déjà conscience de l'aspect physique de la musique. Il a apporté beaucoup dans les domaines de l'interprétation et il a même amélioré les arrangements qu'on lui proposait.» Enfin, côté interprétation, il a fait en sorte que la personnalité de chaque membre du quatuor soit mise en relief dans ce spectacle. «C'est nous, mais avec une loupe dans un miroir déformant», sourit Beauchemin.

Pour QW4RTZ, il s'agit du premier spectacle avec les deux nouveaux membres de la formation, Philippe Courchesne Leboeuf et François Dubé (surnommé FA2). Louis Alexandre Beauchemin indique toutefois, que dans les faits, la chimie s'est créée de manière si forte avec François Pothier Bouchard et lui, que les deux doyens en oublient que les deux «nouveaux» ne les accompagnent que depuis septembre 2013.

Il faut dire que sur les quatre gars, trois se connaissent depuis l'école des Petits chanteurs de Trois-Rivières et que le travail du quatuor s'est fait intense au cours de la dernière année. «Dans les semaines de grande préparation, on pouvait se voir 72 heures par semaine en moyenne... On se connaît par coeur», note Beauchemin. «On se connaît tellement qu'on ne voit pas d'autre version que la version actuelle.»

Les quatre chanteurs entrevoient d'ailleurs la suite des choses avec enthousiasme. Jusqu'à la fin mai 2015, leur calendrier les amènera dans les villes du Québec, mais aussi de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick francophones, incluant Trois-Rivières dans moins d'un mois. «On a juste trop hâte de revenir à la maison en décembre», lance Beauchemin.

«Je me souviendrai toujours de la première fois que j'ai mis les pieds à la salle J.-Antonio-Thompson, la première fois que je suis monté sur la scène comme Petit chanteur avec l'abbé Thompson qui nous dirigeait», dit-il. «Il n'y a rien qui puisse nous faire cet effet-là, je pense. C'est le souvenir. Le retour au premier rêve.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer