Verre, bois, textile et compagnie

Marie-Pauline Michon, agente de développement au Regroupement des... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Marie-Pauline Michon, agente de développement au Regroupement des métiers d'art de la Mauricie et la porte-parole Fabiola Toupin invitent la population au salon des métiers d'art de Trois-Rivières à la Maison de la culture du 27 au 30 novembre.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Trente-sept artisans donnent rendez-vous au public du 27 au 30 novembre à la Maison de la culture à l'occasion du neuvième Salon des métiers d'arts de Trois-Rivières. Dix-huit exposants en seront à leur première participation, et une place sera accordée à cinq créateurs de la relève.

Comme à l'habitude, les visiteurs pourront découvrir le travail d'artisans du bois, de la céramique, du textile, du cuir et des peaux, du papier, des métaux et du verre. Ces matériaux de base inspirent la création d'une multitude d'objets, de la bague au bol à salade en passant par le foulard, la théière ou la carte de souhaits.

Pour l'édition 2014 de son salon, le Regroupement des métiers d'art de la Mauricie a demandé à la chanteuse Fabiola Toupin d'agir comme porte-parole. Au point de presse annonçant les détails de l'événement, celle-ci a exprimé avec éloquence son lien avec les métiers d'arts, ce qu'ils représentent pour elle, mais aussi leur place dans l'écosystème de la culture et de l'économie locales.

«Les métiers d'art, ça me ramène à mon enfance. Vous me connaissez comme artiste de la chanson, mais j'ai grandi dans les métiers d'art, dans les arts visuels de par ma mère, Jeanne d'Arc Trudel, connue par l'atelier d'art Tirelou, entre autres. J'ai grandi en allant voir des salons des métiers d'art, des ateliers d'artistes, des galeries d'art. Ma mère me demandait même de critiquer ses tableaux parce qu'elle voulait que je développe ce sens critique, que je développe mon regard face à la beauté», raconte Fabiola Toupin.

«De pouvoir être porte-parole du salon me permet de renouveler mon engagement dans la région, de dire à quel point je suis fière d'avoir fait le choix d'être ici et de soutenir tous les créateurs», poursuit l'artiste, qui fait valoir la place qu'occupent les métiers d'art dans le quotidien. Elle donne l'exemple du bonheur d'utiliser chaque matin une tasse à café faite main par un artisan, un objet unique, accessoire de la vie de tous les jours.

Pour illustrer l'aspect «objets du quotidien», on peut aussi citer l'exemple des magnifiques oeuvres de bois tourné du Shawiniganais Raynald Brassard. L'artisan était présent au point de presse, prêt à révéler les secrets de création de sa massive planche à découper en damier (presque trop belle pour l'utiliser!) et de ses moulins à poivre où s'entrelacent harmonieusement plusieurs essences.

Sylvie Leblanc présentait ses oeuvres de verre, de soie, et de soie fusion. Se faisant ambassadrice des réalisations de ses collègues, elle mettait également en valeur une bague d'argent gravée d'un coquillage d'oursin de Marie-Eve Bordeleau, le foulard en feutre, laine et fourrure récupérée créé par Sylvie Clermont, ou encore le sac à main de cuir fabriqué par Marie-Bernard Lafonte et Claudine Gauthier. Elle montrait par ailleurs des pantoufles de cuir et mouton de Robert Durocher, en faisant remarquer que les hommes aussi peuvent trouver des produits conçus pour eux...

Le Salon des métiers d'arts de Trois-Rivières sera ouvert le jeudi 27 novembre de 18 h à 21 h, le lendemain de 10 h à 21 h, le samedi 29 de 10 h à 18 h et le dimanche de midi à 17 h. L'entrée est gratuite et des animations sont au programme le vendredi à 11 h et 14 h et le samedi à 14 h. Les visiteurs pourront y voir à l'oeuvre Karine Dahan (broderie), Diane Gendron (créations de feutre) et Chantal Berthiaume (dessins de sable). Le public pourra également voter pour son coup de coeur.

Fabiola Toupin soutient qu'en achetant des oeuvres issues des métiers d'art, «on a le regard des gens d'ici et on encourage l'économie locale. C'est une façon concrète de changer le monde. Par des petits gestes, on peut faire une différence dans notre économie locale, en plus de se démarquer en offrant un cadeau unique»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer