Le feu dans toutes ses expressions

La sculpteure trifluvienne Solange Lefebvre présente pas moins... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

La sculpteure trifluvienne Solange Lefebvre présente pas moins de 83 oeuvres dans l'exposition Sculpter avec le feu: verre et métaux présentée au Musée Pierre-Boucher du Séminaire de Trois-Rivières jusqu'au 23 novembre.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Cela faisait quelques années que la sculpteure trifluvienne Solange Lefebvre n'avait présenté d'exposition en solo dans la région. Elle se reprend de belle façon avec celle qu'on offre présentement au Musée Pierre-Boucher du Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières jusqu'au 23 novembre. Elle y offre pas moins de 83 oeuvres, toutes nées dans le feu, celui qui brûle comme celui qui anime l'artiste.

Le spectateur est d'emblée frappé par le grand nombre d'oeuvres mais en y regardant de plus près, il l'est également par la multiplicité des matériaux utilisés. L'artiste travaille aussi bien le cuivre que le bronze, l'aluminium ou le verre et son exposition, intitulée Sculpter avec le feu: verre et métaux, fait une généreuse place à chacun des matériaux. Les personnages occupent une grande place dans les sujets abordés, comme les livres qui se présentent comme un thème récurrent.

«J'ai mis près de deux ans de travail spécifiquement en fonction de cette exposition, raconte l'artiste, mais celle-ci mijote en moi depuis près de cinq ans. Plusieurs pièces ont été entamées il y a plusieurs années mais elles n'ont trouvé leur aboutissement que dans les derniers mois. Pour moi, chaque oeuvre a un sens, une histoire, même si je n'en donne jamais au moment de la création. Ça vient nécessairement par la suite.»

L'art et la vie n'arrivent pas à se dissocier dans sa tête. L'exposition repose notamment sur la préoccupation qu'a l'artiste de véhiculer un message, celui d'aller au-delà des apparences dans les relations humaines. C'est peut-être la raison pour laquelle elle choisit un médium lourd, exigeant, en terme de travail. Comme pour exprimer que l'apparence d'une oeuvre cache tout ce qui a été nécessaire pour la faire naître. Comme si sa valeur, comme celle d'un humain, ne pouvait se limiter à ce qui est immédiatement disponible aux yeux du spectateur.

L'aspect indéniablement fastidieux de son travail semble attirer Solange Lefebvre qui explore non seulement les matières mais différentes techniques propres à chacune, ce qui explique notamment la variété des oeuvres en verre qu'on retrouve dans l'exposition.

«J'ai un plaisir fou à travailler la matière même si c'est difficile ou peut-être justement parce que ça l'est. Beaucoup des oeuvres présentées ont exigé un très grand effort physique, notamment pour le sablage ou le polissage des surfaces. C'est comme si la démarche ne peut avoir de valeur à mes yeux si elle est trop facile. J'aime le défi que représentent les techniques de production complexes. Je doute souvent d'arriver à mes fins en cours de route mais je n'abandonne jamais et au final, je suis fière de moi. J'ai l'impression de découvrir ainsi des forces que je ne savais pas que j'avais au fond de moi.»

Pour ce qui est de sa prédilection pour la sculpture plutôt que pour la création en deux dimensions, Solange Lefebvre l'explique par un besoin inné de construire, de fabriquer un objet qui s'inscrit dans l'espace.

«Les sculptures peuvent se voir de tous les angles, comme un être humain peut être perçu par différents points de vue selon les différents individus qui le regardent. On peut être obsédé par l'apparence de notre visage mais les autres peuvent porter attention à bien d'autres aspects de nous. Quand on regarde une pièce en verre, il faut y regarder de près et par plusieurs côtés pour découvrir tous les trésors qu'elle cache.»

«Le verre est d'autant plus passionnant à travailler pour moi que dans le processus de création, il y a forcément des surprises. Autant je travaille fort à modeler une oeuvre, autant je suis disponible à apprécier l'imprévu qui se manifeste en cours de confection, la part de hasard plus ou moins grande selon les techniques.»

L'exposition de Solange Lefebvre est présentée dans les deux principales salles à l'entrée du séminaire.

Dans la salle Gaston Petit, de même que dans le corridor qui y mène, on présente Petits formats - coups de coeur des oeuvres de petit format réalisées dans divers médiums par treize artistes québécois dont plusieurs en provenance de la région. Le succès des deux expositions est tel qu'on a prolongé leur durée d'une semaine pour permettre au public d'y compléter ses emplettes des Fêtes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer