Chassés-croisés amoureux et franc divertissement

Martin Levreault interprète le personnage principal de la... (Photo: Étienne Audet)

Agrandir

Martin Levreault interprète le personnage principal de la pièce Boeing Boeing que présentera le Théâtre des Nouveaux Compagnons dès jeudi soir. Il est ici chaleureusement entouré d'Ève Lisée, Marilyn Berthiaume et Julie Balleux.

Photo: Étienne Audet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est à un sain divertissement et une franche rigolade sans arrière-pensée que le Théâtre des Nouveaux Compagnons convie le public pour sept représentations les 6, 7, 8, 9, 13, 14 et 15 novembre prochains à la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la culture.

Pour l'occasion, on a choisi une comédie qui a fait ses preuves puisque Boeing Boeing de Marc Camoletti est la pièce française la plus jouée de l'histoire à l'extérieur de l'Hexagone.

«C'est un genre qui va plaire à un vaste auditoire, soutient le metteur en scène Yves Deguire.

En l'absence de théâtre d'été dans la région, la comédie est un créneau qui n'est plus tellement présent dans les programmations théâtrales et chez les Nouveaux Compagnons, ça faisait un certain temps qu'on n'en avait pas programmé. Quand il est question de comédies, on se tourne souvent vers le classique alors qu'ici, on plonge dans un vaudeville complètement assumé.»

Le comité de lecture du TNC a d'ailleurs été unanime à opter pour cette pièce.

Côté distribution, les Nouveaux Compagnons ont opté pour Martin Levreault, Jean-François Pinard, Carolle Lafrance, Marilyn Berthiaume, Ève Lisée et Julie Balleux. La présence de Marilyn Berthiaume est d'ailleurs intrigante puisque cette chanteuse dont on a pu apprécier le talent sur plusieurs scènes de la région, notamment au sein de la revue musicale Showtime, en sera à une seconde expérience au théâtre.

«Les six personnages ont des rôles assez consistants et je suis vraiment content de la distribution non seulement à cause de la qualité des interprètes individuellement, mais à cause de la chimie qui s'est créée entre eux depuis le début. Elle est essentielle dans une pièce de ce genre.»

La trame de l'oeuvre se déroule au début des années 60 et elle tourne autour des trois liaisons amoureuses qu'entretient simultanément Bernard avec trois hôtesses de l'air. Il profite des fréquents voyages de chacune pour s'assurer d'éviter qu'elles ne se croisent chez lui. Cet horaire de fou tient pourtant le coup jusqu'à ce que son copain débarque à l'improviste et qu'une météo capricieuse ne vienne perturber les plans de vols de ses conquêtes.

La seule lecture du résumé suggère d'emblée les quiproquos et autres chassés-croisés comiques que la pièce peut entraîner. Dans ce contexte, la mise en scène doit reposer sur le rythme et une mécanique réglée au quart de tour.

«On y travaille depuis le mois d'août et je peux affirmer que les comédiens travaillent très fort, se réjouit le metteur en scène. C'est un très gros travail de découpage des répliques pour assurer le rythme de l'enchaînement dont l'efficacité tient souvent à de petits détails.

À quelques jours de la générale, on s'efforce de resserrer le rythme encore davantage pour que les comédiens soient parfaitement à l'aise. Je suis très satisfait de ce que je vois jusqu'ici et je sais qu'avec l'adrénaline qui va augmenter à mesure qu'on s'approche de la première, le niveau d'intensité va encore monter d'une coche. On veut faire rire et surprendre le public et je ne doute pas qu'on va y arriver.»

«Avec la baisse des auditoires qu'on constate dans les salles de théâtre, il est intéressant d'offrir une bonne comédie faite pour plaire sans prétention. C'est un texte très drôle, très fort. Tout le monde va y trouver son compte parce que c'est facilement accessible et efficace. Le genre a ses codes qu'il faut adopter, mais il importe surtout, pour monter efficacement une pièce semblable, de ne pas se prendre trop au sérieux.»

Pour ce qui est du niveau de langage, la pièce n'a pas fait l'objet d'adaptation et elle sera offerte par les comédiens dans un français qu'on pourrait qualifier d'international.

Les représentations des jeudis, vendredis et samedis sont à 20 h alors qu'on a prévu une représentation pour le dimanche 9 novembre, à 14 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer