L'Histoire sans fin reprend vie

L'écrivain trifluvien Guy Marchamps, à gauche, reprend son... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'écrivain trifluvien Guy Marchamps, à gauche, reprend son rôle de bouquiniste avec l'ouverture jeudi de la bouquinerie L'Histoire sans fin. Il est ici accompagné de Jacqueline Chavignot, au centre et de Patricia Côté, membres du conseil d'administration de l'organisme sans but lucratif qui chapeaute la bouquinerie située dans les locaux du café La P'tite Brûlerie.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

Les Trifluviens retrouveront, à partir de ce jeudi, 17 h, un endroit où ils pourront bouquiner tranquillement tout en sirotant un café. C'est qu'aujourd'hui ouvre la nouvelle bouquinerie L'Histoire sans fin qui sera installée dans les locaux de La P'tite Brûlerie au 363 de la rue Laviolette, dans le centre-ville trifluvien.

La bouquinerie est placée sous l'égide d'un organisme sans but lucratif de telle sorte que tous les profits qu'elle pourrait générer seront réinvestis dans le commerce. C'est l'écrivain trifluvien Guy Marchamps qui agira en tant que directeur de la bouquinerie, lui qui a été propriétaire d'une librairie du même type et portant le même nom il y a quelques années.

C'est lui qui procède à la sélection des livres disponibles sur les rayonnages récemment ajoutés aux murs de La P'tite Brûlerie et lui aussi qui pourra conseiller la clientèle et assurer le fonctionnement du commerce au quotidien.

La bouquinerie se veut également un lieu de diffusion artistique où seront présentés des petits événements culturels: rencontres d'auteurs, récitals, conférences, etc. Les locaux peuvent accueillir une trentaine de spectateurs.

Un calendrier d'événements au rythme d'un par mois a déjà été élaboré pour les premiers mois de 2015. Il débutera avec la conférence de Marcel Olscamp, professeur à l'Université d'Ottawa, sur la correspondance de Jacques Ferron, le 22 janvier, suivie par le spectacle de François Désaulniers, le 12 février, celui de Steve Normandin, le 5 mars et de trois rencontres littéraires avec José Acquelin, le 16 avril, Alain Beaulieu, le 14 mai et Louis Gauthier, le 11 juin. La conférence et les rencontres littéraires sont gratuites alors qu'il en coûtera 10 $ pour assister aux spectacles.

«Notre but premier était d'avoir un nouvel endroit pour présenter des événements culturels et des spectacles, de préciser Jacqueline Chavignot, ancienne libraire à la librairie Morin et membre du conseil d'administration du nouvel organisme. On tenait à offrir ces rencontres à prix modique dans l'ambiance chaleureuse d'un café. Il n'y avait plus d'endroit où bouquiner en dégustant un café à Trois-Rivières: on vient combler un besoin.»

«J'avoue que même à l'époque où j'avais ma propre librairie, j'ai toujours voulu avoir un café pour l'accompagner alors, je réalise aujourd'hui ce souhait, dit Guy Marchamps. Céline Brisson, propriétaire de La P'tite Brûlerie avec laquelle nous sommes associés, nous a fait des conditions qu'on ne pouvait pas refuser. Pour l'instant, on s'est fixé un rythme d'un événement par mois mais on pourrait très bien en faire davantage si ça fonctionne bien.»

Pour garnir les rayonnages, on compte sur les livres que les gens du public vont offrir. Cependant, pour démarrer, la bouquinerie a hérité du fonds de livres de la librairie Au delà des mots, située sur la rue Williams qui a fermé ses portes l'été dernier. On parle d'environ 10 000 bouquins désormais entreposés dans le sous-sol de l'immeuble situé de biais avec le palais de justice trifluvien.

«Un des avantages de la localisation, c'est qu'on est au centre-ville mais un peu en périphérie du coeur des activités qu'est la rue des Forges, ce qui nous rapproche du quartier Sainte-Cécile, souligne Patricia Côté, également membre du conseil d'administration de L'Histoire sans fin. On retrouve à proximité une clientèle moins favorisée à qui on va donner accès à la culture tant pour les livres que les événements. Je pense que c'est un apport important à la vie culturelle de la ville.»

«Et de la région, de poursuivre Guy Marchamps, parce qu'il y avait des gens de l'extérieur qui venaient régulièrement à ma librairie à l'époque. Moi-même quand j'arrive dans une autre ville, la première chose que je cherche, c'est une librairie de livres usagés où je peux bouquiner.

Les gens ignorent souvent que la vie d'un livre neuf est très courte en magasin. C'est autour de 5 mois pour les livres qui se vendent bien; après ça, ils disparaissent des tablettes et ne sont plus disponibles. Les invendus finissent au pilon. Si on veut trouver un livre plus vieux, il n'y a souvent que les librairies de livres usagés.»

La bouquinerie sera ouverte du lundi au vendredi, de 8 h à 17 h 30, ainsi que le samedi, de 10 h à 17 h sauf pour les événements et spectacles tous prévus à 19 h et pour lesquels on recommande de réserver sa place au 819-375-6890.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer