Un cadeau tombé du ciel pour Christine Beaulieu

La comédienne d'origine trifluvienne Christine Beaulieu connaît de... (Photo: La Presse)

Agrandir

La comédienne d'origine trifluvienne Christine Beaulieu connaît de bons moments dans sa carrière avec les beaux rôles que cela implique comme le personnage qu'elle interprète dans le film Ceci n'est pas un polar qui sort en salle ce vendredi

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

Onze ans après sa sortie de l'option théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, la Trifluvienne d'origine Christine Beaulieu semble récolter aujourd'hui les fruits de ce qu'elle a semé le long de son parcours. Les propositions intéressantes se multiplient comme celle du personnage de Marianne dans Ceci n'est pas un polar, premier long métrage du réalisateur Patrick Gazé qui prendra l'affiche vendredi.

Le film offre à la comédienne le rôle exceptionnel d'un personnage ambigu, mystérieux. Sa Marianne Renaud est une femme blessée qui cache un douloureux secret et qui trouve réconfort auprès d'un chauffeur de taxi anonyme et taciturne défendu par Roy Dupuis. Les deux interprètes avaient travaillé ensemble dans Mesrine: L'instinct de mort tourné en 2009. L'expérience a apparemment été concluante aux yeux du comédien puisqu'il a lui-même recommandé Christine Beaulieu au réalisateur pour qu'elle campe l'autre rôle majeur du film.

Ce personnage souffrant, secret, presque silencieux, est aux antipodes d'autres, flamboyants, dans lesquels l'actrice a été vue au cours de sa carrière. Elle le considère comme un précieux cadeau. «Déjà, un rôle qui te tombe du ciel, c'est inespéré. En plus, que Roy me recommande, j'ai trouvé ça touchant. Ça veut dire qu'il a aimé mon travail sur Mesrine, mais aussi, qu'il me voyait dans ce rôle très intéressant qui n'est pas dans la lignée de ce qu'on m'offre habituellement.»

«J'ai aimé cette histoire dès la lecture du scénario. Ces deux personnages malheureux qui trouvent le moyen de laisser un peu de place à la lumière dans leur vie, c'est beau. En plus, c'est André, le personnage bougonneux que Roy interprète, qui pédale pour conquérir mon personnage et c'est émouvant de le voir aller. Ma Marianne est sur le même registre de la très grande retenue. Elle cache des blessures, elle n'a pas le sourire facile. C'est un personnage mystérieux qui a été un vrai bonheur à interpréter.»

Christine Beaulieu partage assez également son talent entre le théâtre, la télévision et le cinéma mais apprécie beaucoup le côté méticuleux de l'élaboration d'un personnage au grand écran. «Le cinéma, ça implique énormément de petites décisions qui nourrissent un personnage. Ici, je me suis fait teindre en brune parce que ça me donne un côté plus dur. Mon personnage porte aussi des vêtements sombres et des gilets amples qui accentue l'impression de fragilité derrière l'apparente dureté. Le rythme physique que je donne à Marianne contribue aussi à lui conférer une énergie particulière. Tous ces détails paraissent mineurs mais à l'écran, ils font une grosse différence. C'est ça qui est agréable au cinéma: on a plus de temps pour créer les personnages et on a l'impression qu'on peut aller plus loin dans leur exploration.»

Donner la réplique à Roy Dupuis à l'écran, n'était pas un petit défi. «Roy a une présence très forte, mais il s'est créé une très belle chimie entre nous. C'est son personnage qui est au centre du film, mais le mien est là pour faire avancer le scénario. Il fallait que j'arrive à justifier qu'il tombe amoureux de Marianne tout en demeurant encore plus fermée, dure et inaccessible que lui.»

«J'ai vu le film hier et franchement, je suis très contente de ce que j'ai fait. Je trouve que mon jeu est subtil et que ça fonctionne bien. Ça montre une facette différente de mon talent. Ce qui importe le plus pour moi comme interprète, c'est ce que le réalisateur pense de mon travail et Patrick m'a dit qu'il en est très content.»

Déjà que la comédienne est très en demande, la sortie de ce film ne devrait qu'accentuer la tendance. D'ailleurs, le public pourra la voir le printemps prochain dans un autre film, Le mirage réalisé par Ricardo Trogi et écrit par Louis Morrissette. Elle sera également de la distribution de la série télévisée Mon ex à moi, qui sera diffusée sur Séries + quelque part au printemps. On la verra aussi incessamment dans un épisode de la comédie Les pêcheurs de même que dans la future télésérie Boomerang avec Antoine Bertrand. Et si cela ne suffit pas à vous convaincre de son succès, sachez qu'elle répète présentement au théâtre pour Selfie, une production qui sera présentée en avril prochain au Théâtre d'aujourd'hui.

«Ça fait onze ans que je suis sortie de l'école et j'ai toujours travaillé régulièrement. Je suis consciente d'être très privilégiée.» Le public aussi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer