La naissance d'une berceuse après 32 ans de gestation

Raymond Perrin a composé une berceuse qui sera... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Raymond Perrin a composé une berceuse qui sera créée devant son dédicataire par la harpiste Valérie Milot et la soprano Marianne Lambert, 32 ans après sa composition.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Autour de Raymond. Le titre du concert prévu au Conservatoire de musique de Trois-Rivières vendredi revêt plus d'une signification. Au-delà de la formule artistique de la «carte blanche», le titre peut aussi qualifier les retrouvailles qui s'y dérouleront et qui couronneront une histoire amorcée il y a plus de 30 ans. Cette histoire est celle d'une berceuse inspirée par la rencontre d'une Vénézuélienne et d'un Ontarien chez Raymond Perrin à Strasbourg en 1981...

L'organiste et chef de choeur Raymond Perrin est aujourd'hui professeur au Conservatoire de musique de Trois-Rivières. Au début des années 1980, il complétait sa formation à Strasbourg, en France.

L'étudiant faisait partie d'une chorale qui rassemblait plusieurs autres expatriés, dont plusieurs Américains, des hémisphères nord et sud. Le groupe se rassemblait régulièrement chez lui pour souper le vendredi soir avant la pratique du choeur. C'est là qu'une étudiante vénézuélienne et un Ontarien ont fait connaissance.

«La jeune femme est devenue enceinte, et ils ont décidé de rester un couple et de fonder une famille même s'ils étaient encore étudiants. Je savais que je ne serais plus à Strasbourg quand le bébé naîtrait. Mais j'ai écrit une berceuse pour lui, que j'ai finie à peu près au moment prévu pour l'accouchement», raconte Raymond Perrin. Le couple et leur bébé Cédric se sont par la suite établis en Ontario et sont venus en visite à Trois-Rivières quand le petit avait deux ans.

«C'était en 1984. On s'est perdus de vue par la suite.» Trente ans plus tard, la harpiste Valérie Milot et la soprano Marianne Lambert jouaient en duo au conservatoire de Trois-Rivières. Quand elles ont confié à Raymond Perrin leur difficulté à trouver du répertoire pour harpe et soprano, le compositeur a pensé à sa berceuse qui dormait dans son tiroir. «Elle était écrite pour piano et voix mais je croyais qu'elle pouvait être adaptée à la harpe». Ce que fit Valérie Milot.

La harpiste trifluvienne et la soprano aussi originaire de Trois-Rivières, créeront vendredi cette berceuse harpe et voix qui, il faut le dire, avait été interprétée une fois (piano et voix) lors d'un congrès de musicologues à la fin des années 1980 à la chapelle du Séminaire Saint-Joseph.

En sachant que sa berceuse allait prendre vie de cette façon, Raymond Perrin a eu l'idée de partir à la recherche de Cédric et de ses parents pour les inviter au concert. Cette recherche, on s'en doute, s'est faite derrière un écran d'ordinateur grâce à Google et LinkedIn. À travers un article qui parlait de Cédric, M. Perrin a appris que son père était professeur dans un collège en Ontario. Il l'a retracé via le réseau LinkedIn.

Le musicien trifluvien a pu transmettre son invitation à Cédric, qui demeure maintenant à Victoria en Colombie-Britannique, et à la mère de celui-ci, maintenant établie à Madrid en Espagne avec un autre conjoint. Les trois seront au conservatoire vendredi pour des retrouvailles qui se révéleront sûrement des plus émouvantes.

«De retrouver de vieux amis, et que le dédicataire entende la berceuse, ce sera une grande émotion. C'est une berceuse qui va venir au monde après 32 ans de gestation...»

La création de cette oeuvre est certes la pièce maîtresse du concert Autour de Raymond, émotivement parlant. Mais le professeur a invité plusieurs autres musiciens et chanteurs pour participer à la soirée dont les profits seront remis à la fondation du conservatoire, spécifiquement pour l'octroi de bourses aux élèves.

L'ensemble Vocalys, les chanteurs Jean-Marc Sigmen, Frédéric Larochelle-Martin et Frédéric Dowd ainsi que la violoniste Francine Dufour comptent parmi les invités de Raymond Perrin pour cette soirée accessible au coût de 10 $ (5 $ pour les étudiants).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer