• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Duos improbables: Fred, Clémence, Ingrid, Éric et les autres 

Duos improbables: Fred, Clémence, Ingrid, Éric et les autres

Ingrid St-Pierre... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Ingrid St-Pierre

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Rencontres inattendues de prime abord, il se passe pourtant de doux moments quand on dépose la voix d'une Clémence DesRochers sur celle d'un Fred Pellerin pour interpréter La grosse Raymonde, ou quand une Ingrid St-Pierre accueille la voix d'un Éric Salvail à ses côtés sur les notes de Fais-moi une place.

Fred Pellerin... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Fred Pellerin

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Voilà deux exemples des Duos improbables qui se sont formés cette année pour servir ce concept créé il y a deux ans avec un premier opus du genre. Le nouvel album, lancé mardi, réunit 22 artistes sur onze chansons, dont Clémence DesRochers. La dame est impliquée depuis 20 ans dans cette cause qui vient en aide aux personnes atteintes de problèmes de santé mentale en leur permettant de s'exprimer par le biais des arts.

En compagnie de Fred Pellerin

Cette année, c'est à Fred Pellerin que Clémence DesRochers a demandé de former un duo improbable. La grande dame de la scène québécoise avoue avoir un faible pour l'art du conteur de Saint-Élie-de-Caxton.

«J'ai choisi Fred parce que c'est un poète que j'adore. J'ai beaucoup d'admiration pour lui, pour son imaginaire, pour sa créativité. Ses contes ne font pas juste rire. Ils sont humains et profonds», défile-t-elle.

Or, il semble que l'admiration est réciproque. «Clémence est drôle, elle est vive, elle rebondit», observe Fred Pellerin. D'ailleurs, il perçoit quelques autres similarités entre eux.

«Ce qu'on a de semblable, ce sont les cheveux et la performance vocale», dit-il. «Ce n'est pas parce qu'on ne peut pas performer vocalement, c'est parce qu'on a l'humilité de ne pas se pavaner le gorgoton.»

Clémence DesRochers est allée le voir sur scène, l'a visité en coulisses après le spectacle, mais pour ce duo improbable, ils ont fait les choses à distance, elle de son Estrie et lui dans le studio de Saint-Élie. Fred Pellerin a reçu les pistes de la chanson La grosse Raymonde, il a accepté les lignes qu'elle lui avait suggérées et a ajouté sa voix à celle de sa complice.

Le résultat est tendre. Clémence a bien aimé. «J'ai trouvé ça touchant», dit-elle. «Je trouvais que c'était une chanson qui nous allait bien à tous les deux. C'est une chanson simple, qui veut consoler.»

Duo St-Pierre et Salvail

Ingrid St-Pierre est la seule autre artiste à se retrouver pour une deuxième fois parmi ces duos improbables.

Après avoir chanté avec Les Denis Drolet en 2012, elle a choisi Éric Salvail cette année, un artiste qu'elle a trouvé «génial, passionné et très généreux de son temps», souffle-t-elle.

Les deux ont choisi la pièce Fais-moi une place. «C'est une chanson qui fait ressortir un côté plus vulnérable pour Éric qui est tellement flamboyant habituellement», fait valoir Ingrid St-Pierre.

Ils ont fait le travail ensemble en studio, piano-voix seulement, et ont laissé place aux imperfections. «On voulait garder la magie des premières fois. On était fébrile et je crois que ça apporte encore plus à la pièce», fait valoir Ingrid.

Au départ, ils trouvaient la chanson trop basse. «On l'a fait en sol, puis en la. Moi, ça ne me disait absolument rien...», raconte Éric Salvail. «Puis on l'a montée encore une fois, et on est finalement revenu à la première version, la plus basse, parce qu'on aimait mieux son émotion.»

Mardi, leur pièce était en cinquième position sur iTunes, se réjouissait l'artiste, qui accueillera d'ailleurs Ingrid St-Pierre mercredi soir, sur son plateau d'En mode Salvail. Ils entonneront la chanson en direct. «Ça va me stresser... La faire en studio c'est une chose, mais la faire live, c'est un autre dossier», dit-il.

En chanson, Éric Salvail avait déjà interprété J'ai ta photo dans ma chambre en compagnie des Porn Flakes, et s'était même produit en duo avec Nanette Workman à l'émission Belle et Bum, mais cette fois, on était dans une toute autre sensibilité, observe-t-il.

Cela dit, il a accepté rapidement. Pour la cause, et pour la marraine DesRochers. «Chaque fois que j'ai rencontré Clémence, le courant a passé. Je l'aime d'amour», lance-t-il.«Je ne pouvais pas faire autrement que d'accepter. D'ailleurs l'album est tellement beau. Ce qu'elle fait avec Fred, c'est de toute beauté.»

Les bénéfices de la vente de ces albums seront donc remis à la cause des Impatients. «Créer des ateliers pour les gens qui ont des problèmes de santé mentale m'est apparu une très belle idée pour que ces gens puissent sortir d'une grande et terrible solitude», dit Clémence DesRochers.

«Qu'ils puissent exprimer par les arts ce qu'ils ne sont pas capables de dire autrement, je trouve ça beau. C'est une cause importante parce qu'on a toujours un peu peur de ces gens et on les laisse trop souvent de côté. Là, ils existent, on parle d'eux et on montre leurs oeuvres»,souffle-t-elle. «Et moi, je sais ce que c'est que d'avoir de la misère à vivre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer