Pierrot Fournier se dévoile

Pierrot Fournier présente son côté auteur-compositeur avec un... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pierrot Fournier présente son côté auteur-compositeur avec un premier album entièrement composé de ses créations.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Connu pour ses spectacles d'interprétation des répertoires de Jacques Brel, Charles Aznavour et autres monuments de la chanson française ou dite «à textes», Pierrot Fournier a fait paraître cette semaine son quatrième album, son premier entièrement garni de ses compositions. Avec cet album, le Trifluvien d'adoption confirme qu'il n'est pas qu'un interprète et qu'il a lui aussi une poésie à exprimer.

«C'est quelqu'un qui m'a mis au défi. J'ai une nouvelle femme dans ma vie, qui a écouté les chansons que j'avais écrites avant. Elle m'a demandé pourquoi je n'écrivais plus. La dernière chanson que j'avais composée est Béatrice, et c'était en 2002. Après, je m'étais plus concentré sur mes spectacles d'interprétation», raconte le chanteur qui a successivement créé des spectacles dédiés aux répertoires de Serge Reggiani, Jean Ferrat et Yves Montant (2007), Charles Aznavour (2010) et Claude Léveillée (2012).

La compagne de Pierrot Fournier lui a demandé s'il croyait qu'il «était encore capable d'écrire». «J'ai essayé, et la première chanson qui m'est venue est Dans ma cinquantaine, qui est un peu comme une mise à jour artistique, à la fois sur mon métier et sur l'amour», poursuit-il. Cette chanson se retrouve parmi les 10 pièces du tout nouveau cru de l'artiste. Trois autres titres, dont Béatrice, dormaient dans les tiroirs de l'artiste autodidacte, originaire du Lac-Saint-Jean.

Le parolier a cosigné plusieurs de ses chansons avec la pianiste trifluvienne Jocelyne Tremblay, avec qui il travaille depuis plusieurs années.

À la fin de 2012, le duo avait lancé un album piano et voix intitulé Pierrot Fournier - Les grandes chansons d'hier. Mme Tremblay a composé la musique de sept pièces du nouvel album, et les autres ont été composées paroles et musique par le chanteur.

Certaines de ces pièces créées à la guitare par Pierrot Fournier sont inspirées par des gens très près de lui, comme Pauvre Lucien, qui évoque le suicide de son frère en 1967, ou encore Béatrice, qui décrit sa mère. Ces deux chansons à saveur nostalgique font également référence à la présence de la musique dans la vie de cette famille de 13 enfants dont Pierrot est le plus jeune.

Oui, cet album touche à l'intimité de son créateur quand on constate que Le réveil parle de son enfance et que Petite fille s'adresse à... sa fille. «Léo du Lac, c'est un peu moi au Lac-Saint-Jean, même si c'est un personnage que j'ai inventé», dit-il en parlant de cette chanson (aussi le titre de l'album) qui a pris une couleur folklorique avec la participation d'Alain Lamontagne à la podorythmie et à l'harmonica.

Les arrangements et la réalisation ont été confiés à Jean Custeau, un ami de Pierrot Fournier qui est malheureusement décédé en août dernier. M. Custeau avait trouvé une maison de disques pour permettre à son ami de distribuer son album, ce qui fait que pour une première fois, son disque est disponible dans pratiquement tous les magasins.

Un lancement a eu lieu à Montréal mardi, et un autre est prévu à Trois-Rivières, au Sacristain le mercredi 15 octobre dès 17 h. «Je suis fier de cet album parce que c'est moi, Pierrot Fournier, qui se lance. Je suis fier aussi des arrangements, qui sont sobres, pas surchargés; les musiques collent aux textes. Je souhaite que cet album fasse son chemin et me permette de me faire connaître en tant qu'auteur-compositeur-interprète», conclut l'artiste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer