Métier critique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il n'y a pas de critiques plus virulentes que les critiques portées sur le métier de critique. Suffit pourtant de soulever le propos pour constater que plusieurs peuvent en jaser, mais que peu d'entre eux connaissent réellement le sujet et ses enjeux.

L'essai Métier critique, signé Catherine Voyer-Léger et publié dernièrement aux Éditions Septentrion, n'en est que plus pertinent. D'autant que l'auteure fait un tour exhaustif de la question et qu'elle situe son propos dans le contexte québécois, à une ère où la critique culturelle se fait de plus en plus rare au sein des médias grands publics.

Avec cet ouvrage, Catherine Voyer-Léger est susceptible d'interpeller quiconque s'intéresse à la scène artistique d'ici, que l'on soit consommateur d'art, de médias ou artisans de la scène culturelle.

L'auteure stimule la réflexion sur la nécessité de la critique et sur le rapport ambiguë que les artistes et le public peuvent cultiver à son endroit, qu'on la réclame, qu'on la vilipende ou que l'on se retrouve entre les deux, dans un lieu où on peut l'interroger dans le sens d'une meilleure compréhension, ne serait-ce que pour situer son importance dans le dialogue public.

L'ouvrage visite la légitimité de la critique, questionne la critique-spectacle, explore le refus de la critique négative et certains procès d'intention qui en découlent du côté des artistes concernés. Il jette un éclairage sur les luttes de pouvoir qui peuvent apparaître quand la chose économique s'en mêle, tout comme il questionne la démocratisation de la critique qui se vit allègrement sur les réseaux sociaux.

Pour le profane aussi bien que pour l'initié, l'ouvrage est éclairant et porteur de belle réflexion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer