• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Début des activités du Festival international de la poésie 

Début des activités du Festival international de la poésie

Le président du Festival international de la poésie,... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président du Festival international de la poésie, Gaston Bellemare, a parti le bal de la 30e édition de l'événement, vendredi, en inaugurant le parc Félix-Leclerc.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Outre la centaine de poètes québécois et étrangers qui débarqueront successivement en sol trifluvien ces jours-ci pour leur rendez-vous annuel, les activités du 30e Festival international de la poésie (FIP) ont débuté vendredi de manière officielle avec l'inauguration du Parc Félix-Leclerc, logé sur la rue des Ursulines.

Jusqu'au 12 octobre, c'est effectivement sous ce nom que sera appelé cet espace vert situé en face de la Galerie d'art du Parc. Chaque année, on rebaptise ce lieu le temps de l'événement, un geste symbolique qui salue l'oeuvre ou la mémoire d'un pilier du milieu de la poésie.

Cette année, on désire donner un coup de chapeau à celui qui aurait eu 100 ans en 2014. Celui qui, outre-mer, a changé la vision des Français sur le Québec au cours des années 60, soulignait vendredi le maître d'oeuvre du Festival de la poésie, Gaston Bellemare. «La francophonie se posait alors beaucoup de questions. Félix Leclerc a changé leurs points d'interrogation en points d'exclamation et a ouvert la porte à tout le monde par la suite.»

Aujourd'hui, ajoute-t-il, Trois-Rivières est à son tour reconnue à l'étranger de belle manière. «Ce que les gens savent le plus de Trois-Rivières à travers le monde, c'est qu'il y a des poèmes sur les murs.»

Gaston Bellemare a par ailleurs profité du moment, vendredi, pour mettre en lumière les actions que mène l'organisation du FIP tout au long de l'année pour faire rayonner la poésie. «Au festival, le monde vient vers nous, mais entre deux festivals, c'est nous qui allons vers le monde», dit-il.

Outre les dix jours de l'événement, on doit ajouter 82 journées d'activités diverses consacrées à la visibilité de la poésie, de son festival et des poètes lauréats des prix du FIP au cours de la dernière année, fait-il valoir, que ce soit en présences dans d'autres festivals, en conférences ou en lectures, entre autres. À cela s'ajoutent 21 journées consacrées à l'accueil gratuit de poètes étrangers à la Maison de la poésie.

Parmi toutes ces activités, il cite par ailleurs la gestion du mini Festival de poésie bilingue de Toronto, créé par le FIP; la présentation de certains spectacles de jazz poésie à Québec et quatre autres qui se tiennent à la Bibliothèque nationale de Montréal. «L'an dernier, 38 poètes et huit musiciens de jazz nous ont accompagnés», note-t-il.

Au cours de ces exercices de promotion, les représentants du FIP ont visité des festivals et participé à des événements à Moncton, Toronto, Calgary, Québec, Montréal, tout comme en Argentine, en Colombie, au Mexique, en France (Paris et Larochelle), en Belgique (Namur et Bruxelles), en Écosse et en Espagne.

À Trois-Rivières, l'inauguration du parc hier était la première des 350 activités qui seront au menu du FIP jusqu'au 12 octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer