Off ou on?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Éric Langevin
Le Nouvelliste

On peut bien en rire aujourd'hui, mais il y a huit ans, quand l'Off-festival de la poésie a pris place, le torchon brûlait entre cette nouvelle organisation et le président-fondateur du Festival international de la poésie, Gaston Bellemare. Celui-ci avait même traité les gens du Off-festival de «parasites» et de «non-poètes»...

Il faut dire que l'Off se voulait, et se veut toujours, une réponse directe au fait que l'événement officiel impose certains critères pour figurer sur la liste des invités. Et c'est bien légitime. Chacun a le droit d'établir les règles qu'il souhaite pour son événement. On ne peut cependant pas empêcher des individus de célébrer les mots, avec moins de contraintes. C'est sain. Tout le monde y gagne à voir l'art se démocratiser.

D'ailleurs, il n'y a rien de surprenant à voir un Off-festival de la poésie naître dans la capitale... de la poésie. Plusieurs grands événements ont leur off. Et personne ne s'en porte plus mal. À mon avis, quand un off s'organise quelque part, c'est que des individus considèrent que le sujet (film, musique ou poésie) doit être présenté sous un angle plus large et que le public est prêt à y participer.

On ne se le cachera pas, il y a une sorte de provocation dans la forme adoptée par le Off-festival de la poésie. On veut brasser les structures établies. Mais il y a aussi une large part de créativité dans l'opération. Chaque année, les gens derrière l'événement se creusent la tête pour trouver une façon de faire les choses autrement. Le combat de «luttérature» - concept inspiré de la lutte, mais à la sauce poétique - annoncé pour samedi mérite attention. Il me semble que ça peut laisser place à une belle folie qu'on ne pourrait et qu'on ne voudrait pas voir dans la portion officielle du Festival international de la poésie.

Aujourd'hui, je pense que Gaston Bellemare a appris de sa colère d'il y a huit ans. Il a bien dû se rendre compte que les deux événements peuvent cohabiter sans trop se parasiter. Pas certain par contre qu'il sera du gala de lutte. Mais s'il avait un peu d'ouverture et de capacité d'auto-dérision, il pourrait peut-être se proposer comme arbitre!

Les deux événements s'amorcent ce soir. Bons festivals!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer