Émile Proulx-Cloutier: un souffle hors du commun

Connu comme comédien et cinéaste, Émile Proulx-Cloutier a... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Connu comme comédien et cinéaste, Émile Proulx-Cloutier a aussi un grand talent d'auteur-compositeur-interprète qu'on a pu découvrir au Théâtre Belcourt samedi soir.

Photo: François Gervais

Partager

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(Baie-du-Febvre) Être artiste n'est pas lié qu'à un mode d'expression: c'est lié à l'expression même. Émile Proulx-Cloutier est certainement ça, un artiste, parce qu'il s'exprime avec puissance dans plus d'une sphère. On a pu découvrir son côté musical samedi soir, au Théâtre Belcourt de Baie-du-Febvre, et non sans plaisir. Ce fut même une très heureuse découverte.

Le comédien et réalisateur a manifesté un indéniable talent pour la chanson dans ce spectacle assez ambitieux mais suffisamment léger pour pouvoir le promener dans son intégralité. Intégralité qui se traduit par la présence d'un guitariste, Christian Turcotte et d'un bassiste, Philippe Brault. Proulx-Cloutier, lui, se charge du piano et, accessoirement, de l'accordéon, pour une seule chanson.

Le côté ambitieux vient des chansons même. Peu conventionnelles, marquées par des effets intéressants et une écriture très soignée, elles se présentent comme autant d'histoires, de petits films, très différents les uns des autres. L'auteur-compositeur-interprète a passé allègrement de la petite chanson fantaisiste au rap provocateur ou au portrait intimiste. Chaque genre semble trouver grâce à ses yeux et il a interprété chaque création avec la profonde conviction de l'acteur qui épouse un rôle.

Plusieurs comédiens qui se tournent vers la chanson donnent l'impression de ne pas assumer pleinement leur envie de chanter. Émile Proulx-Cloutier endosse totalement chaque strophe et se livre avec une grande et juste sensibilité très bien servie par des textes remarquables.

Il faut être honnête: on a bien senti certaines maladresses. Elles ont été plutôt fugaces mais assez nombreuses pour laisser une petite marque dans l'esprit du spectateur. Mais le doute a été englouti par le souffle de l'expression créatrice. Émile Proulx-Cloutier crée un monde pour chaque chanson, se glissant avec un évident plaisir dans la peau de personnages disparates. Même qu'on en arrive à se dire que son spectacle se pose quelque part entre la chanson et le théâtre, impression renforcée par l'apport de musiques souvent impressionnistes pour accompagner les histoires du chanteur.

Il a adopté avec la même intensité les émotions du jeune adolescent (Aimer les monstres), de la vieille prostituée (Le tambour de la dernière chance) ou de l'ouvrier (Les mains d'Auguste). Si les lignes mélodiques n'étaient pas nettes à cause du chant quelque peu approximatif de Proulx-Cloutier, les chansons n'en ont pas tellement souffert. Le texte est assez fort pour leur donner une assise solide.

Un exemple? Tu vois pas mon front qui étend son désert?/Tu vois pas mes mains toutes chargées d'hivers,/La peau sous mes bras qui semble un vieux costume,/Mes yeux tout en plis, ma tête toute enclume?

On ne peut pas ne pas penser à Richard Desjardins. Pour les mots, le piano, les accompagnements. Ce fut évident dès la toute première chanson de la soirée, Votre cochon s'couche. Il y a quelque chose dans la langue des chansons fantaisistes qui ramène au côté léger de Desjardins qui a, lui aussi, touché au cinéma. Simple coïncidence? Non: les deux se passent un film dans leur tête quand ils chantent.

Émile Proulx-Cloutier est assurément un talent à découvrir. Et la sève est trop abondante pour que l'effort de cette première tournée reste sans suite. Et comme il n'y a pas d'album en chantier à l'heure actuelle, c'est par la scène qu'il faut faire contact.

Ça tombe bien puisqu'il sera très présent dans la région au cours des prochains mois: à la Maison de la culture de Trois-Rivières jeudi, soir deSaint-Valentin, au Complexe culturel de La Tuque, le 25 avril et à la Maison Francis-Brisson, de Shawinigan, le 26 avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer