Un toit pour le patrimoine archivistique

Sophie Morel, archiviste-coordonnatrice du centre d'archives de la... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Sophie Morel, archiviste-coordonnatrice du centre d'archives de la Mauricie et du Centre-du-Québec de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les recherches généalogiques sont à la portée de tous. C'est principalement ce que souhaitent démontrer les responsables du centre d'archives de la Mauricie et du Centre-du-Québec, de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), en tenant une journée portes ouvertes samedi, en conclusion de la Semaine nationale de la généalogie.

«Souvent, les gens pensent que les centres d'archives sont pour ceux qui font des grandes études, des thèses de doctorat... Mais c'est aussi pour les généalogistes, M. et Mme Tout-le-Monde qui font de la généalogie comme passe-temps», indique Sophie Morel, archiviste-coordonnatrice de l'entité régionale. Comme les huit autres centres régionaux, celui de Trois-Rivières regroupe les archives gouvernementales, civiles et judiciaires du territoire, en plus d'autres fonds privés.

«Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons pour venir au centre d'archives. Ce peut être pour avoir la copie d'une photo ancienne, ce peut être un auteur de roman historique qui veut documenter une époque, et oui, il y a des étudiants en histoire... Mais c'est ouvert à tous», insiste Mme Morel. Les archives civiles sont particulièrement utiles aux gens qui veulent constituer leur arbre généalogique et établir une forme d'histoire de famille.

Les registres de baptêmes, mariages et sépultures datent les naissances, unions et décès des aïeux, tandis que d'autres documents notariés peuvent fournir des détails complémentaires enrichissant le «simple» arbre généalogique constitué de noms et de dates. «Les archives notariales permettent de mettre de la chair autour de l'os, de rendre plus vivants'' nos ancêtres, de mieux les connaître», confirme Sophie Morel en citant comme exemples les contrats de mariages, testaments et inventaires de biens après décès. Les actes d'achat et de vente de terrains ou de bâtiments aident aussi à reconstituer l'histoire.

Les citoyens intéressés par le filon de leurs origines peuvent trouver tous ces renseignements au centre d'archives de la BAnQ, que ce soit sur microfilm ou en version numérique. Les visiteurs ont accès à des ordinateurs, à des appareils de lecture de microfilms et à une bibliothèque. L'équivalent de plus de 3,5 km de documentation (empilée) est gardée dans une réserve à laquelle seuls les préposés ont accès.

Ces archives regroupent les documents produits par les directions régionales de ministères et organismes provinciaux, ainsi que les archives judiciaires et civiles des districts de Trois-Rivières, de Saint-Maurice, d'Arthabaska et de Drummond. Des archives privées de photographes, de familles, d'artistes, de parlementaires ou d'organismes sans but lucratif sont également gardées au centre.

Parmi les items les plus anciens ou plus évocateurs de l'histoire, le centre d'archives trifluvien conserve le document de concession de la seigneurie de Batiscan aux Jésuites, daté de 1639, ainsi qu'une lettre sur écorce de bouleau, envoyée de Lac-aux-Sables à Trois-Rivières en 1808.

Au moins une personne dédiée au service à la clientèle peut aider les visiteurs à trouver les documents recherchés. Les demandes par courriel sont aussi traitées. «On a beaucoup de services en ligne à partir de notre portail. On veut favoriser l'accès à tous», insiste Sophie Morel.

Une journée portes ouvertes est prévue le samedi 30 novembre de midi à 16 h dans les locaux du225, rue des Forges. «Les gens pourront voir nos outils de référence, la bibliothèque, les postes informatiques. Ce sera comme une première initiation. Il y aura des miniconférences pour présenter nos outils», détaille la coordonnatrice, en ajoutant que la Société de généalogie de la Mauricie et des Bois-Francs sera représentée pour présenter ses services.

D'ailleurs, Mme Morel offrira une conférence d'initiation à la généalogie, ouverte à tous, aux locaux de la Société (1800 rue Saint-Paul) ce jeudi 28 novembre à 19 h. Elle a aussi reçu l'équipe de l'émission Qui êtes-vous? accompagnée de Guy A. Lepage, à qui l'épisode du 7 décembre sera consacré. Cette série d'émissions retrace la généalogie de personnalités du monde artistique.

Mme Morel en profite pour dire que la démarche de recherche généalogique «n'est pas juste pour les vedettes! M. et Mme Tout-le-Monde peuvent trouver les mêmes documents», comme quoi cette émission n'a pas accordé d'accès privilégiés à des ressources ou outils de recherche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer