Genesis version jazz

Martin Levac personnifie Phil Collins. Il sera au... (Photothèque Le Nouvelliste)

Agrandir

Martin Levac personnifie Phil Collins. Il sera au Festi-volant de Grandes-Piles, demain, avec ses musiciens pour présenter le spectacle A Visible Jazz Touch of Genesis.

Photothèque Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il chante comme Phil Collins - c'est à s'y méprendre, il est batteur comme lui, et les deux hommes partagent même certains traits physiques. Martin Levac incarne le chanteur de Genesis avec une conformité désarmante. Il recréera l'illusion, demain, au Festi-volant de Grandes-Piles avec son spectacle A Visible Jazz Touch of Genesis.

Originaire de Longueuil, Martin Levac a reçu sa première batterie jouet à l'âge de huit ans, et sa première vraie cinq ans plus tard.

«Mon grand-père a été drummer professionnel à Montréal dans les années 1930. Avec son band, il faisait des noces, des partys de compagnies... Il a fait ça pendant 17 ans jusqu'à ce que ma grand-mère se tanne et que finalement, il ouvre une épicerie!», relate-t-il en reconnaissant l'influence de ce grand-père: «Il me racontait ses shows, et je savais que c'était ce que je voulais faire».

C'est au milieu de l'adolescence que le batteur a découvert Genesis, avec le souvenir précis d'avoir patiné (à roulettes!) au Paladium au son de You Can't Hurry Love. À partir de ce moment, le musicien a intégré des pièces de Genesis et de Phil Collins dans le répertoire des groupes dont il a fait partie à compter de 1986.

Parallèlement aux interprétations de succès du Top 40 ou de tubes des Beatles, des Rolling Stones ou de Supertramp avec ses groupes, Martin Levac composait son propre matériel. On l'a retrouvé comme finaliste au Festival international de la chanson de Granby en 1996 et en 1998, et à titre d'auteur-compositeur-interprète, il a fait paraître trois albums entre 2000 et 2006.

À travers ses activités artistiques, Martin Levac a mérité un diplôme d'études professionnelles en carrosserie automobile, un métier qu'il enseigne encore. C'est en 2002 qu'il s'est joint à The Musical Box, un groupe hommage à la musique de Genesis à l'époque où Peter Gabriel en était le chanteur principal. Pendant cinq ans, Martin Levac a personnifié Phil Collins à la batterie et aux voix, notamment dans une tournée de spectacles ayant mené la formation en Europe, aux États-Unis et en Amérique du Sud.

En 2009, il lançait un nouveau spectacle, Dance Into the Light, consacré au répertoire de Phil Collins en solo. Le spectacle a tenu l'affiche en résidence au Théâtre du Capitole à Québec aux étés 2011 et 2012. En 2011 est né A Visible Jazz Touch of Genesis qui, comme le nom l'indique, revisite les succès de Genesis avec une touche jazz.

«J'ai toujours aimé le jazz. Toujours faire le même répertoire de la même façon, ça peut devenir aliénant. Ça a commencé par du niaisage avec des amis musiciens... On écoutait du Richard Cheese!», raconte-t-il en faisant référence au chanteur qui réarrange façon lounge crooner des succès de la musique pop, rock, metal ou hip hop. Entendre Térez Montcalm se réapproprier Sweet Dreams (Are Made of This) des Eurythmics l'a aussi convaincu de traiter le répertoire de Genesis à la sauce jazz.

«On a enlevé tout ce qui sonne faux, certains sons de synthétiseurs des années 1980, par exemple. On a épuré, on a ramené les pièces à leur composition de base. Par exemple, Invisible Touch est devenue une super belle ballade de jazz, et Mama, un blues cochon», illustre Martin Levac qui partagera la scène du Festi-volant de Grandes-Piles avec le guitariste Frdérick Doiron, la pianiste Julie Lamontagne, le contrebassiste Mathieu Gagné et Emmanuelle Caplette à la batterie.

Le disque qui correspond au spectacle comprend aussi des titres comme Turn It on Again, Land of Confusion et Missunderstanding. Plus d'une vingtaine de chansons sont au menu du spectacle prévu à 20 h sous le grand chapiteau chauffé, installé sur le site du festival au quai municipal.

Les billets au coût de 40 $ sont vendus en différents endroits (dont à la librairie Clément-Morin et à la tabagie Saint-Tite), ou par téléphone au 819 415-0140.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer