Denis Vaugeois récolte le Prix Adagio 2012

C'est à la Bibliothèque Gatien-Lapointe de Trois-Rivières que... (Photo: François Gervais)

Agrandir

C'est à la Bibliothèque Gatien-Lapointe de Trois-Rivières que Denis Vaugeois a reçu hier le Prix Adagio, qui lui a été décerné par l'organisation du Salon du livre de Trois-Rivières.

Photo: François Gervais

Partager

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'historien, auteur, éditeur, professeur, chercheur et ancien ministre des Affaires culturelles Denis Vaugeois a reçu hier le Prix Adagio, décerné par les responsables du Salon du livre de Trois-Rivières pour l'ensemble de sa carrière d'auteur. Le principal concerné accueillait du coup son quatrième prix honorifique cette année, son troisième en un mois et demi.

«C'est une grosse année», souriait le lauréat à l'issue de la petite cérémonie qui lui était dédiée hier après-midi, à la Bibliothèque Gatien-Lapointe de Trois-Rivières. «C'est très touchant et émouvant qu'on reconnaisse ce que l'on fait.»

Habituellement, le Prix Adagio est remis au premier soir du salon du livre trifluvien, mais pour éviter le tourbillon d'activités et pour diriger l'attention sur M. Vaugeois, on a décidé de devancer la remise du prix cette année. Lors du Salon, du 21 au 24 mars prochain, on lui réservera de plus une exposition pour souligner les faits marquants de sa carrière, ainsi qu'une entrevue publique.

À la bibliothèque trifluvienne hier, on avait pris soin d'entourer le lauréat de la quinzaine de titres qu'il a écrits, des ouvrages d'histoire en grande majorité, dont le fameux manuel Canada-Québec, que la plupart des élèves québécois ont étudié dans leurs cours d'histoire au secondaire.

Aux dernières nouvelles, cet ouvrage avait été tiré à quelque 350 000 exemplaires. «C'est celui qui nous a fait vivre», reconnaissait M. Vaugeois lors de la cérémonie. «On le réimprime sans arrêt et on le met à jour à chaque fois.»

Le lieu où on lui décernait son prix était d'autant plus symbolique que Denis Vaugeois a été un acteur principal de la création du réseau des bibliothèques publiques au Québec, lorsqu'il était ministre sous le gouvernement de René Lévesque, comme le soulignait hier le directeur des arts et de la culture à Trois-Rivières, Benoit Gauthier.

«C'est ce que j'aime le mieux entendre», avouait M. Vaugeois. «Mais je n'ai pas grand mérite», renchérit-il. «J'avais découvert, au Conseil du Trésor, où était l'argent et j'avais les deux mains dedans, alors je l'ai distribué...», sourit-il.

L'homme fait d'ailleurs remarquer qu'à cette époque, outre Montréal et Québec, Trois-Rivières était l'une des seules villes de la province à posséder une bibliothèque, et même une bibliothèque pour les jeunes, qu'il dévalisait régulièrement lorsqu'il était gamin. À la Maison de la culture hier, les souvenirs tourbillonnaient dans son esprit d'autant plus que c'est sur la rue Royale qu'il a fondé Le Boréal, «qui nous a mis au monde», commentait-il hier.

Remis aux deux ans à un auteur natif de la Mauricie ou du Centre-du-Québec qui a marqué la scène littéraire à l'échelle nationale, le Prix Adagio lui a été décerné hier pour la qualité exceptionnelle de son travail d'écriture, a précisé le président du conseil d'administration du Salon du livre de Trois-Rivières, Marc Nolin.

«À maintes reprises, on a su reconnaître son très grand talent. Prix, mentions, distinctions et honneurs jonchent son parcours, celui de son travail, celui de ses idées, celui de ses oeuvres. Mais aujourd'hui, c'est à l'écrivain surtout que nos propos s'adressent», a poursuivi M. Nolin.

Plus tôt cet automne, M. Vaugeois a reçu le Prix Percy-William-Foy, pour son tout dernier ouvrage Les premiers Juifs d'Amérique, 1760-1860. L'extraordinaire histoire de la famille Hart, aux éditions Septentrion. Il a également reçu cet automne le Prix Fleury-Mesplet pour son action et son dynamisme dans le monde de l'édition au Québec.

Il est désormais le 9e récipiendaire du Prix Adagio, qui a déjà été décerné à Alphonse Piché, Clément Marchand, Louis Caron, Marcel Trudel, Pierre Chatillon, Jacques Lacoursière, Jean-Pierre April et Paule Doyon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer