De la RMR à la MRC

Mi-octobre 1980. Gilles Beaudoin célèbre deux anniversaires. Sa fête à lui (il... (les années Beaudoin)

Agrandir

les années Beaudoin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Mi-octobre 1980. Gilles Beaudoin célèbre deux anniversaires. Sa fête à lui (il est né un 12 octobre). Et puis ses dix ans à la mairie (il a été élu le 1er novembre 1970).

Sur invitation, 125 personnes se réunissent à l'hôtel Le Baron pour célébrer ce double anniversaire. À propos du maire, Jean-Marc Beaudoin écrit: «Derrière la carapace d'un homme timide se cachait un politicien chevronné».

Et le journaliste de souligner chez Gilles Beaudoin «son humour mordant, sa tendance naturelle à l'humilité, son effacement en même temps que sa droiture et son dévouement».

Mais le plus beau cadeau d'anniversaire viendra du gouvernement fédéral. En octobre 1980, Statistique Canada annonce qu'elle va désormais reconnaître Trois-Rivières parmi la vingtaine de grandes agglomérations canadiennes. Dans le jargon du gouvernement, on dit «RMR», c'est-à-dire «région métropolitaine de recensement».

Dans les statistiques officielles du gouvernement canadien, mises à jour tous les cinq ans, Trois-Rivières sera au centre d'une unité de recensement qui comprendra Pointe-du-Lac et Trois-Rivières-Ouest, Cap-de-la Madeleine, Saint-Louis-de-France et Sainte-Marthe. Un jour, on ajoutera Bécancour et Wolinak. Mais pour l'instant ce mariage des sept villes de la rive nord est de nature à combler le maire Beaudoin. Enfin, Trois-Rivières déborde les vieilles frontières dépassées et occupe ce qui est de toute évidence son véritable espace socio-économique, de Pointe-du-Lac à Sainte-Marthe.

Le Nouvelliste proclame que Trois-Rivières est entrée «dans le club sélect des agglomérations de plus de 100 000 habitants». Ce nouveau statut sera confirmé lors du grand recensement quinquennal de 1981, qui établit à 111 453 personnes la population de la RMR de Trois-Rivières, ce qui en fait la 24e en importance au Canada.

Mais ce n'est pas tout. À la suite du recensement de 1981, Statistique Canada va faire un autre cadeau au maire Beaudoin en publiant un ouvrage de 116 pages qui donnera dans le détail un portrait statistique de la ville et de la région. Intitulé «Trois-Rivières, profil d'une métropole», l'ouvrage deviendra LA référence pour tous les chercheurs, promoteurs, investisseurs... et surtout pour Gilles Beaudoin!

Ceci dit: attention! La RMR de Trois-Rivières présente peut-être un découpage logique, mais elle demeure une unité statistique. Une abstraction. La vraie structure régionale va voir le jour en janvier 1982, alors que le gouvernement du Québec va créer les Municipalités régionales de comté (MRC). Chez nous, la composition de la MRC de Francheville ne sera pas nécessairement un modèle de cohérence. Imaginez: 18 municipalités disparates, rurales, semi-rurales et urbaines, depuis Pointe-du-Lac jusqu'à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Gilles Beaudoin sera le premier préfet de cette nouvelle structure régionale, mais après quelques années, il demandera que les trois villes de Trois-Rivières, Trois-Rivières-Ouest et Cap-de-la-Madeleine quittent la MRC de Francheville, pour former une nouvelle entité qui pourra se concentrer sur des questions urbaines comme la police, la circulation ou le transport en commun. Sa demande n'aura pas de suite à court terme et il faudra attendre les fusions de 2001 avant de voir triompher une certaine cohérence.

Mieux vaut tard que jamais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer