Un monde très inégalitaire

Selon le magazine Forbes, le monde comptait en 2014... (Photo: Reuters)

Agrandir

Selon le magazine Forbes, le monde comptait en 2014 plus de 1600 milliardaires qui possèderaient une richesse combinée d'environ 6400 milliards de dollars, soit une moyenne de 4 milliards $ chacun... alors que 2 milliards d'humains doivent «survivre» avec moins de 2 $ par jour.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le monde vu d'ici

Actualité

Le monde vu d'ici

Texte sur l'actualité internationale du Comité de solidarité de Trois-Rivières. »

Jean-Marc Lord
Le Nouvelliste

(Collaboration spéciale) Tout le monde le dit - l'OCDE, la Banque mondiale, le FMI, l'ONU - les inégalités entre les riches et les pauvres dans le monde atteignent aujourd'hui des proportions dangereuses.

Selon un rapport publié par OXFAM en janvier 2015, le 20 % de gens les plus riches du monde possèdent près de 95 % des richesses mondiales. Mais c'est tout en haut de la pyramide que se concentre la plus grande partie de la richesse mondiale.

Les 1 % de gens les plus riches détiennent en effet 48 % des richesses. Selon le magazine Forbes, le monde comptait en 2014 plus de 1600 milliardaires qui possèderaient une richesse combinée d'environ 6400 milliards de dollars, soit une moyenne de 4 milliards $ chacun... alors que 2 milliards d'humains doivent «survivre» avec moins de 2 $ par jour.

Pourquoi est-ce un problème?

La croissance des inégalités de revenus entre les riches et les pauvres fait en sorte que les riches deviennent de plus en plus riches, et les pauvres de plus en plus pauvres. Or, la pauvreté constitue un fléau qui cause la mort de plusieurs millions de personnes chaque année. On estime ainsi que 50 000 personnes meurent chaque jour dans le monde de causes liées à la pauvreté (maladies non soignées, eau non potable, famines, violences, etc.). Dans les pays développés comme le Canada, il est démontré que les personnes pauvres ont une espérance de vie moins grande que les mieux nantis, qu'ils sont malades plus souvent et sont plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé mentale.

Dans son livre, Pourquoi l'égalité est meilleure pour tous, le chercheur Richard Wilkinson explique que les pays où les écarts de revenus sont les moins grands entre les plus riches et les plus pauvres sont aussi ceux où la qualité de vie est la meilleure et où la productivité est la plus grande. Le taux d'emprisonnement est 14 fois supérieur aux États-Unis (un pays très inégalitaire) qu'au Japon (le pays le plus égalitaire). Le taux de mortalité infantile aux États-Unis est l'un des plus élevés parmi les pays de l'OCDE, et il est même plus élevé qu'à Cuba.

Des solutions?

Plusieurs économistes de renommée mondiale - Joseph Stiglitz, Thomas Piketty, Paul Krugman, James K. Galbraith - estiment qu'il est grand temps de rétablir une meilleure justice fiscale en augmentant les impôts des gens très riches. Une plus grande justice fiscale requiert aussi que les paradis fiscaux, par où transitent actuellement plus de 50 % du commerce mondial et des transactions financières soient abolis. Selon l'économiste britannique James Henry, entre 21 000 et 32 000 milliards $US, étaient placés dans des paradis fiscaux à l'échelle mondiale en 2010. Il s'agit de sommes absolument fabuleuses, à l'abri de l'impôt, et ne contribuant en aucune façon à la productivité ou à la création d'emplois.

Pour en savoir plus

www.cs3r.org

www.un.org

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer