Au moins 17 morts après la rupture d'un barrage minier au Brésil

Les images d'hélicoptère diffusées par la télévision Globo... (Image tirée d'une vidéo de la chaîne Globo)

Agrandir

Les images d'hélicoptère diffusées par la télévision Globo montrent des maisons englouties jusqu'au toit par une boue rouge et épaisse, d'autres à moitié inondées ou détruites et des voitures submergées.

Image tirée d'une vidéo de la chaîne Globo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Au moins 17 personnes sont mortes et plus de 50 ont été blessées jeudi au Brésil après l'effondrement d'un barrage minier qui a provoqué une gigantesque coulée de boue ayant englouti un village, ont indiqué les pompiers à l'AFP.

«Il y a 17 morts. Le nombre de disparus va dépasser les 40, mais ce chiffre n'est pas encore officiel», a déclaré Adaõ Severino Junior, commandant des pompiers de la ville de Mariana (sud-est).

«Le nombre de blessés a dépassé les 50», a ajouté ce responsable, qui parlait au téléphone depuis le village aux trois-quart submergé de Bento Rodrigues, où il participait aux secours.

Le corps des pompiers d'Ouro Preto, l'autre ville voisine du sinistre, a également fait état d'un bilan de 17 morts, selon la radio et le site BandNews.

Un bilan antérieur fourni par le président du syndicat local des mineurs avait fait état d'un mort seulement, un employé victime d'un infarctus après la sinistre, et d'au moins cinq blessés.

«C'est une situation dramatique. Il fait noir. il y a beaucoup de boue. Les recherches vont se poursuivre toute la nuit», a poursuivi le commandant des pompiers de Mariana.

Les maisons de Bento Rodrigues, un village d'environ 600 habitants, ont été ravagées par la coulée de boue qui s'est déversée dans une vallée sur deux kilomètres.

Certaines maisons étaient submergées jusqu'à la hauteur du toit, selon des images d'hélicoptère.

«Il n'y a aucune possibilité de survivre sous cette boue», a expliqué le chef des pompiers interrogé par l'AFP.

Les blessés ont été acheminés vers les hôpitaux de Mariana et de la localité de Santa Rita Durao, a-t-il précisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer