La pyrrhotite: un facteur négligeable

Les secteurs les plus fortement touchés par la... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Les secteurs les plus fortement touchés par la pyrrhotite n'ont pas voté en fortes proportions pour le candidat libéral et ancien président de la CAVP, Yvon Boivin.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les électeurs de la circonscription fédérale de Trois-Rivières situés dans les secteurs fortement touchés par la pyrrhotite n'ont pas accordé leur vote au candidat libéral Yvon Boivin dans d'aussi fortes proportions qu'on aurait pu l'imaginer, le chef du parti, Justin Trudeau, ayant promis un soutien financier pour régler le problème lors de son passage à Trois-Rivières, en septembre.

Les données compilées par Élections Canada démontrent notamment que même si les conservateurs n'ont pas caché, en campagne électorale, qu'ils ne donneraient rien aux victimes, les résidents des secteurs les plus touchés par ce drame ont voté à 19 % pour eux.

On parle ici des secteurs autour de la rue François-Lorit (bureau de scrutin 3), de la rue Brisebois (bureaux 220 et 223), de la rue Savoie et Montlieu (bureaux 170 et 171), du boulevard Gilles-Lupien (bureaux 98,115, 116 et 117) et du boulevard Parent (bureaux 96,97, 119 et 120).

Les résultats démontrent que même si le libéral domine le candidat NPD, Robert Aubin, dans tous ces bureaux de scrutin, c'est par une faible marge de manoeuvre dans la plupart des cas.

Le pire écart pour le NPD se situe dans le secteur Boisé du Château, boulevard Gilles-Parent, où il récolte 25 % contre 40 % pour Yvon Boivin. Ailleurs, les écarts sont beaucoup moins grands et le candidat NPD talonne de près le libéral.

Steeve Guy, porte-parole de la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite, ne pense pas que la réaction de ces électeurs en particulier indique un je-m'en-foutisme de la part des victimes de la pyrrhotite face au travail de la Coalition et de son ancien président, Yvon Boivin.

«L'opinion de la Coalition, c'est que c'était aux candidats de faire le travail d'influencer les citoyens sur leur vote. Nous respectons la démocratie. Maintenant que les gens se sont prononcés, on travaille avec les personnes qui ont été élues», fait-il valoir.

Les membres de la Coalition, fait-il valoir, «ont eux aussi toutes sortes d'allégeances politiques. Il y a des gens qui ont toujours voté pour un parti parce que leurs parents ont toujours voté pour lui. Ça correspond à leurs valeurs. On ne peut pas juger», dit-il.

M. Guy rappelle que la Coalition a d'ailleurs pris grand soin de ne pas se mêler de la campagne fédérale. 

«On s'entend que la campagne n'a pas seulement tourné autour de la pyrrhotite», fait valoir M. Guy. «La Coalition a appris, au fil des années, qu'il ne faut pas le prendre personnel. La Coalition est bien loin derrière les candidats et les partis», plaide-t-il. «Ça n'a pas été un vote pour ou contre la Coalition.»

Le candidat libéral défait, Yvon Boivin, n'a pas voulu réagir à ce sujet, hier. Il a gagné néanmoins 37 % des appuis, dans les secteurs cités plus haut contre 28 % pour le NPD, 19 % pour le conservateur et 13 % pour le bloquiste. À 900 voix de différence entre Robert Aubin et Yvon Boivin, un vote massif des victimes de la pyrrhotite en faveur du libéral aurait peut-être influencé les résultats puisque les secteurs mentionnés plus haut totalisent 2587 électeurs.

Le député NPD réélu, Robert Aubin, estime pour sa part que «les libéraux ne s'étaient engagés à rien. La seule chose qu'avait dit M. Trudeau, lors de ses passages à Trois-Rivières, c'est qu'il avait reconnu qu'il y avait là un drame humain et une question à laquelle il faudrait s'adresser (dans son meilleur français)», dit-il avec une pointe de sarcasme. «C'était le seul engagement des libéraux. Après, tous les autres pseudo-engagements qui sont venus ont été ceux d'un candidat», estime M. Aubin. Selon lui, les libéraux n'en ont pas parlé pendant quatre ans, sauf durant la campagne alors «qu'on pouvait difficilement esquiver la question» à Trois-Rivières.

«Le NPD avait une position très précise et ça a sûrement joué. Bien avant les personnes, les victimes de la pyrrhotite sont allées voir qui leur offrait le meilleur support potentiel. Dans la course, c'était de très loin le NPD qui le faisait avec son plan en trois points», analyse-t-il. Ce plan «sera la pierre d'assise de ce qu'on va tenter d'aller chercher avec les libéraux maintenant», indique le député fédéral de Trois-Rivières.

«C'est de toute évidence la question ou une des premières questions que je vais poser à la Chambre», promet le député Aubin.

Les libéraux, premiers au chapitre des voix dans la région

Le Parti libéral du Canada (PLC) a obtenu l'appui du plus grand nombre d'électeurs dans la région, devançant légèrement le Nouveau Parti démocratique (NPD). Ces deux partis se sont partagés dans la région 58,6 % des votes lors des dernières élections. Si on combine les résultats des quatre circonscriptions de la région, soit Trois-Rivières, Berthier-Maskinongé, Saint-Maurice-Champlain et Bécancour-Nicolet-Saurel, le PLC a récolté 66 290 votes alors que le NPD en a obtenu 65 783.

Malgré ces résultats légèrement en faveur du PLC, le NPD a remporté deux circonscriptions, une de plus que le parti qui forme le nouveau gouvernement. Le Bloc québécois, qui a remporté l'élection dans Bécancour-Nicolet-Saurel, a obtenu 56 263 voix, soit 24,9 % des votes de la région. De son côté, le Parti conservateur a récolté 32 381 (14,4 %). Dans la région, le taux de participation a été de 65,5 %. Sur les 344 396 électeurs, 225 563 ont donc exercé leur droit de vote.

Avec la collaboration de Gabriel Delisle

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer