«On sait qu'il est ministrable»

Michel Angers... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Michel Angers

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'élection d'un candidat qui se retrouve au pouvoir et qui peut raisonnablement s'attendre à faire partie du conseil des ministres, on n'avait pas vu ça depuis les beaux jours de Jean Chrétien dans Saint-Maurice-  Champlain.

Le maire de Shawinigan croit bien que François-Philippe Champagne deviendra un atout pour le développement de la région au cours du prochain mandat libéral.

En bon observateur, Michel Angers avait détecté la tendance dans les derniers jours de la campagne, mais il reconnaît que l'ampleur de la victoire de l'équipe Trudeau et du candidat local l'ont étonné. Il se réjouit toutefois de l'élection d'un rare candidat libéral entre Montréal et Québec, qui possède déjà un certain poids dans le parti.

«On sait qu'il est dans l'entourage, près de M. Trudeau», rappelle-t-il. «On sait qu'il est ministrable. Pour une ville comme Shawinigan, le fait d'avoir une personne qui risque d'être ministre et pourquoi pas, lieutenant au Québec, c'est une excellente nouvelle pour nous. Pour l'avoir côtoyé à de nombreuses reprises, je suis convaincu qu'on fera une équipe intéressante.»

Le maire de Shawinigan laisse entendre que les attentes qu'il avait avec la dernière députée fédérale, Lise St-Denis, ne seront pas difficiles à surpasser avec l'arrivée de M. Champagne.

«La récolte a été maigre, on ne se le cache pas», soupire-t-il.

«Mme St-Denis a fait ce qu'elle a pu. Je ne ferai pas de commentaires sur sa prestation de travail. Chose certaine, si on peut se rapprocher du premier ministre pour des dossiers qui nous touchent, ce sera très certainement une bonne chose pour les citoyens de Shawinigan.»

M. Angers souhaite que les priorités soient portées vers la conclusion du dossier d'assainissement des eaux usées autour du lac à la Tortue, un projet maintenant évalué à 43 millions de dollars qui n'attend que le sceau du gouvernement fédéral. De plus, l'avenir du Centre fiscal du secteur Shawinigan-Sud le préoccupe particulièrement, compte tenu de son poids dans la population active de la région.

M. Angers se réjouit également de la priorité des libéraux accordée à la réfection des infrastructures publiques.

«Les Villes n'ont pas les moyens d'assumer la totalité de ces coûts», rappelle-t-il. «Nous avons besoin de l'aide des gouvernements provincial et fédéral.»

Enfin, ce résultat signifie que Jean-Yves Tremblay, candidat néodémocrate malheureux, retrouvera son siège de conseiller du district des Hêtres au conseil municipal de Shawinigan. 

«Il a fait une excellente campagne électorale», commente le maire. «Il y a mis énormément d'énergie, il a fait les choses de façon extrêmement propre. Il peut sortir de cette expérience la tête haute. J'ose espérer que son passage dans cette campagne électorale sera bénéfique pour le conseil municipal.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer