Le blues des lendemains qui déchantent

Défait dans Saint-Maurice - Champlain, Jean-Yves Tremblay réintégrera... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Défait dans Saint-Maurice - Champlain, Jean-Yves Tremblay réintégrera maintenant le conseil municipal de Shawinigan.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La vague nationale n'aurait sans doute rien changé au résultat, mais si c'était à refaire, Jean-Yves Tremblay croit que les néodémocrates de Saint-Maurice-Champlain auraient dû se préparer plus rapidement à l'inévitable élection automnale.

Dernier à s'installer sur la ligne de départ parmi les principaux partis en lice, le conseiller municipal du district des Hêtres convient qu'il n'a pas entrepris sa campagne dans des conditions optimales.

Rappelons que les militants néodémocrates du comté ont choisi leur candidat lors d'une assemblée d'investiture le 26 août. François-Philippe Champagne, mais aussi Sacki Carignan Deschamps et Jacques Grenier avaient déjà pris beaucoup d'avance sur le terrain.

«En mai ou en juin, ça aurait été le bon temps, avant les élections», reconnaît M. Tremblay. «Le NPD a été faible d'attendre à la fin août pour faire la convention. On est partis derrière. Quand j'ai été élu, il me restait une semaine pour me préparer avant de lancer ma campagne officiellement. François-Philippe avait déjà des bureaux partout! C'est sûr que le Parti libéral est plein d'argent. Ça va bien pour s'organiser!»

M. Tremblay ne cache pas qu'au cours de la dernière semaine, il sentait beaucoup moins d'enthousiasme des électeurs envers la marque orange. Il a d'abord cru à un gouvernement néodémocrate minoritaire, puis libéral minoritaire, avant d'être emporté par une vague écarlate.

Dans son esprit, il ne fait aucun doute que la position du chef Thomas Mulcair sur le respect du port du niqab lors des cérémonies d'assermentation a fait dérailler la campagne.

«Tout le monde pensait qu'il changerait un peu sa position, pour tenir compte du discours qu'on entendait d'un côté et de l'autre», commente M. Tremblay. «On était acculé au pied du mur et il n'a pris aucune décision en ce sens.»

M. Tremblay n'a pas lésiné sur le porte-à-porte durant sa campagne et ce sujet lui a explosé au visage.

«On m'en a parlé souvent», reconnaît-il. «Regardez le nombre de personnes qui sont arrivées avec des poches de patates sur la tête au vote par anticipation... C'était épouvantable. À Saint-Maurice, j'ai vu cinq personnes attendre pour se faire assermenter et retarder tout le monde. À Saint-Maurice!»

M. Tremblay croit que les électeurs se seraient réveillés avec un autre portrait si Jack Layton avait encore été de ce monde.

«C'est sûr», opine-t-il. «La vague qui a passé était celle de Jack Layton. Tom (Mulcair) est un bon homme, mais ce n'est pas la même image que Jack, qui était beaucoup plus près du monde que Tom peut l'être.»

Les Chevaliers de Colomb

Sa suspension de trois mois du local 1209 des Chevaliers de Colomb a également attiré l'attention au cours de cette campagne. La direction l'accuse d'insubordination et de comploter pour créer une cellule parallèle. 

Un comité des Chevaliers de Colomb l'invite à se faire entendre d'ici la fin du mois s'il veut réintégrer le mouvement. M. Tremblay analysera ses options au cours des prochains jours, en compagnie des trois autres membres qui ont subi le même traitement que lui. En pleine campagne électorale, il reconnaît que cette sortie n'a pas aidé.

M. Tremblay laisse même entendre que des poursuites sont envisagées. «Nous allons discuter des dommages qu'ils nous ont causés», avance-t-il. «Ils m'ont fait perdre mon nom. Ça commençait à être pas mal grave.»

Le candidat défait assure qu'il réintégrera l'hôtel de ville de Shawinigan avec enthousiasme, malgré la déception de la défaite sur le plancher fédéral.

«Je n'ai jamais perdu le goût d'être conseiller municipal», assure-t-il. «Être député, c'est comme être conseiller municipal... mais avec un programme trois fois plus grand! Je reviens la tête haute et je suis prêt à me battre autour de la table du conseil.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer