Les affaires en bref

Sur la photo, on voit de gauche à...

Agrandir

Sur la photo, on voit de gauche à droite Claude Hill, président des Anciens de Shawinigan, Kathy Béliveau, copropriétaire de RÉZO l'Agence sociale et Jean Houde, président du c.a. de la Banque nationale.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La première bourse Entrepreneuriat Shawinigan, d'un montant de 10 000$, a été octroyée à RÉZO l'Agence sociale lors d'une soirée de gala organisée par l'Association des Anciens de Shawinigan.

C'est devant plus de 125 convives que Kathy Béliveau, copropriétaire de l'agence, s'est vue remettre la bourse et une plaque reconnaissance pour souligner son dynamisme, sa vision à long terme et ses résultats concrets à l'appui. Notons que cette première édition de la Bourse Entrepreneuriat Shawinigan a permis à 11 jeunes entreprises de soumettre leur candidature. La Banque Nationale s'est pour sa part engagée pour un montant total de 50 000$ au cours des cinq prochaines années.

Sur la photo, on voit à l'avant, de... - image 2.0

Agrandir

Sur la photo, on voit à l'avant, de gauche à droite, Karine Genest, de Communauté entrepreneuriale de Mékinac et Nadia Moreau, du Carrefour emploi Mékinac; on retrouve dans le même ordre à l'arrière Josée Beaudoin, de Tourisme et culture Mékinac, Geneviève Racine, de la Chambre de Commerce de Mékinac, Patrick Roux, de la SADC Vallée-de-Batiscan et Mélanie Thiffeault de Place aux jeunes Desjardins.

Un mois de l'entrepreneuriat dans Mékinac

Mékinac aura maintenant son mois de l'entrepreneuriat en novembre. Organisé par la Communauté entrepreneuriale de Mékinac et le Carrefour emploi Mékinac, cet événement se veut une mobilisation des organismes de la région. Parmi la quinzaine d'activités au programme, il y aura un gala reconnaissance et une conférence sur l'entrepreneuriat culturel. Une dizaine de partenaires ont accepté de s'impliquer dans le projet dans le seul but de promouvoir l'entrepreneuriat. Sur la photo, on voit à l'avant, de gauche à droite, Karine Genest, de Communauté entrepreneuriale de Mékinac et Nadia Moreau, du Carrefour emploi Mékinac; on retrouve dans le même ordre à l'arrière Josée Beaudoin, de Tourisme et culture Mékinac, Geneviève Racine, de la Chambre de Commerce de Mékinac, Patrick Roux, de la SADC Vallée-de-Batiscan et Mélanie Thiffeault de Place aux jeunes Desjardins.

La Bourse de Toronto recule

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse, lundi, alors que les prix des métaux et du pétrole perdaient des plumes après le dévoilement de nouveaux signes de ralentissement économique en Chine.

L'indice composé S&P/TSX a reculé de 79,72 points pour terminer la séance avec 13 758,38 points, tirée vers le bas par le secteur des métaux et minerais et celui de l'énergie.

Le dollar canadien s'est lui aussi déprécié, abandonnant 0,64 cent US à 76,81 cents US.

À la Bourse des matières premières de New York, le prix du pétrole brut a effacé 1,37 $ US à 45,89 $ US le baril, tandis que celui du lingot d'or a rendu 10,30 $ US à 1172,80 $ US l'once. Le cours du cuivre a quant à lui cédé 4 cents US à 2,37 $ US la livre.

À Toronto, le secteur des métaux et minerais diversifiés a rendu quatre pour cent, tandis que celui de l'or a cédé trois pour cent. Le secteur de l'énergie s'est pour sa part déprécié de trois pour cent.

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a avancé de 14,57 points à 17 230,54 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a gagné 0,55 point à 2033,66 points et que l'indice composé du Nasdaq a pris 18,78 points à 4905,47 points.

Des données publiées lundi en Chine ont montré que la deuxième plus grande économie au monde avait connu sa croissance économique la plus lente depuis le début 2009, dans la foulée de la crise financière mondiale.

La croissance chinoise a ralenti à 6,9 pour cent au troisième trimestre, en baisse par rapport à celle de 7,0 pour cent observée pendant le trimestre précédent. Seules les dépenses des consommateurs, relativement solides, ont empêché que la situation ne soit encore pire.

Le ralentissement en Chine a augmenté le niveau de nervosité chez certains investisseurs qui se demandent quel impact cela pourrait avoir pour les grandes entreprises canadiennes et américaines qui ont une présence internationale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer