Pyrrhotite et niqab au menu

Si tous s'attendaient à ce que la pyrrhotite fasse partie de la campagne... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Si tous s'attendaient à ce que la pyrrhotite fasse partie de la campagne fédérale dans Trois-Rivières, personne n'avait prédit qu'une controverse nationale telle que le niqab viendrait bousculer les débats locaux.

De toute évidence, le port du voile s'est avéré un véritable cadeau du ciel pour le candidat conservateur Dominic Therrien. Au lendemain d'une décision de la Cour d'appel fédérale sur le sujet, le lieutenant québécois Denis Lebel débarquait en ville pour annoncer qu'un gouvernement conservateur réélu allait réintroduire et adopter la loi sur le serment de la citoyenneté dans les 100 premiers jours de sa législature. Du bonbon pour son représentant local qui est avocat en droit de l'immigration. 

Même si l'engagement des conservateurs prononcé ce jour-là dans Trois-Rivières aura constitué un véritable tournant dans la campagne au pays, c'est loin d'être sûr que cet «enjeu» soit suffisant pour garantir une victoire à l'ancien joueur professionnel de baseball. 

Plus que quiconque, Dominic Therrien sait trop bien qu'on peut se rendre sur les buts sans jamais franchir le marbre... Mais la visite de Stephen Harper et le passage répété de certains ministres démontrent leur confiance pour qu'il puisse frapper un coup de circuit le 19 octobre.

Par contre, le député sortant, Robert Aubin, est loin d'être retiré. Il est vrai que son parti a glissé au troisième rang dans les différents sondages, mais les chiffres restent encourageants pour le NPD dans des comtés comme le sien.

Malgré les soubresauts dans la campagne de son chef, l'homme mène sa barque sans faire de vagues. Il réussit à naviguer à travers les positions de Thomas Mulcair qui sont parfois à contre-courant de la volonté populaire, comme dans le cas du niqab.

Or, cette histoire est venue compliquer la vie du candidat libéral Yvon Boivin qui a tenté plus d'une fois de ramener la campagne sur les enjeux économiques. 

Mais au-delà de ses engagements à développer l'économie locale, le dossier de la pyrrhotite lui colle évidemment à la peau. C'est d'ailleurs en se portant à la défense des victimes qu'il se sera fait connaître du grand public. Et il peut dire merci à son chef, Justin Trudeau, de s'être engagé publiquement à aider tous ceux et celles qui ont vécu ce malheur, et ce, lors de sa visite à Trois-Rivières.

Si le député sortant a son propre plan de match pour traiter la question (norme sur les agrégats du béton, déduction fiscale pour les tests de pyrrhotite, fonds d'urgence), le candidat conservateur se retrouve isolé par l'intransigeance de son parti.

Pour sa part, le représentant bloquiste, André Valois, prône la collaboration non partisane afin de régler le problème. Et à l'instar de son chef, qui lui a aussi rendu visite pendant la campagne, il n'a pas hésité à exploiter la corde sensible du niqab en allant toutefois plus loin, soit obliger le vote à visage découvert.

Ce militant indépendantiste de longue date souhaite sûrement revivre les belles années du Bloc. Sauf que si la tendance se maintient, la vague orange de 2011 pourrait bien encore laisser ses traces à Trois-Rivières...

Les enjeux

Pyrrhotite

Depuis 2011, Québec a déjà injecté 30 millions $ pour soutenir les victimes de la pyrrhotite, mais pas un sou n'est arrivé d'Ottawa. Les coffres sont maintenant à sec. Rappelons que les victimes de la pyrrhotite avaient gagné leur cause en première instance, en juin 2014. En juillet 2014, SNC Lavalin a décidé de porter la cause en appel. Il pourrait donc s'écouler beaucoup de temps encore avant que les victimes voient la couleur de leur argent. Devant les délais légaux très longs imposés par l'appel, de nombreuses victimes n'arrivent plus à tenir le coup financièrement.

Niqab

Malgré son caractère national, le port du voile s'est invité particulièrement dans la campagne à Trois-Rivières. Au lendemain d'une décision de la Cour d'appel fédérale sur le sujet, le lieutenant québécois du Parti conservateur, Denis Lebel, annonçait à partir de Trois-Rivières qu'un gouvernement conservateur réélu allait réintroduire et adopter la loi sur le serment de la citoyenneté dans les 100 premiers jours de sa législature. L'engagement des conservateurs prononcé ce jour-là au centre-ville trifluvien aura constitué un véritable tournant dans la campagne fédérale au pays, avec un impact qui aura marqué les différents débats entre les candidats.

Économie locale

Avec une économie trifluvienne qui a eu sa part de difficultés, le milieu se diversifie et l'innovation se retrouve au coeur du développement de plusieurs entreprises. Pendant que l'usine Kruger délaisse la fabrication du papier pour le marché du carton, l'industrie éolienne fait toujours partie du succès de Marmen. Les énergies vertes sont dans la mire des partis politiques tout comme les moyens de transport. D'où cet intérêt pour le développement à long terme du port de Trois-Rivières et des installations aéroportuaires, entre autres, afin d'aider les PME à faire des affaires. Celles-ci pourront profiter du Partenariat transpacifique au niveau des exportations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer