Yvon Boivin dresse son bilan de campagne

Le candidat du PLC dans Trois-Rivières, Yvon Boivin.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le candidat du PLC dans Trois-Rivières, Yvon Boivin.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Identifié comme le défenseur des victimes de la pyrrhotite pour avoir incarné ce combat depuis près de six ans, Yvon Boivin estime qu'il n'est pas seulement l'homme d'une seule cause. Après des mois de campagne, le candidat du Parti libéral du Canada (PLC) dans Trois-Rivières affirme qu'il représente le changement souhaité, dit-il, par les électeurs de sa circonscription et du Canada.

«Si les gens ont assisté aux débats, ils ont pu voir que j'avais beaucoup plus de contenu que M. [Dominic] Therrien [candidat conservateur] qui arrivait de Vancouver et qui ne connaissait pratiquement rien de notre circonscription. Ils ont pu voir que j'étais capable de m'exprimer autant sur les relations internationales que sur l'environnement ou le développement économique. [...] L'étiquette qui m'a été apposé comme quoi je suis l'homme d'une seule cause, elle ne s'applique pas», a lancé Yvon Boivin mardi lors de son bilan de campagne. 

«Évidemment, la pyrrhotite est un enjeu essentiel. Ayant passé par là et ayant vu des gens vivre dans la détresse, on ne peut pas mettre ce dossier de côté comme font les conservateurs. Et on ne peut pas faire du mirage comme le fait le NPD en tentant de dire aux gens qu'ils vont être aidés, alors que dans les faits l'argent ne sera pas au rendez-vous parce qu'il veut aider juste quelques familles qui ont eu un jugement.»   

Le candidat du PLC a fait du développement économique un important cheval de bataille. Yvon Boivin a notamment proposé la création d'un statut historique particulier pour Trois-Rivières qui reconnaîtrait la cité de Laviolette comme étant la deuxième ville historique francophone au Canada. Il s'agirait, estime-t-il, d'un outil de développement économique et touristique pour Trois-Rivières. «Nous sommes les seuls à avoir proposé ça», a-t-il indiqué.        

À quelques jours du scrutin, Yvon Boivin exhorte les électeurs, particulièrement les indécis, à se rallier aux libéraux. Il affirme que le PLC est le seul parti qui «peut barrer la route aux conservateurs». 

Le candidat dans Trois-Rivières soutient que les deux tiers des électeurs de sa circonscription rencontrés ces dernières semaines souhaitent chasser le parti de Stephen Harper du gouvernement.      

«Un vote pour le PLC est un vote pour le changement. Un vote pour le NPD, malheureusement, c'est un vote pour faire élire les conservateurs», a affirmé le candidat libéral dans Trois-Rivières s'adressant directement aux indécis. 

Le candidat libéral est revenu sur ses débuts en politique alors qu'il a été grandement affecté par des problèmes de santé. Ces ennuis l'ont contraint à demeurer au repos lors du premier mois de campagne. 

«Mon début de campagne a été assez difficile, ayant été victime d'une bactérie [...] qui a bien failli m'emporter et qui a nécessité deux opérations d'urgence», a avoué le candidat du PLC. «Ça démontre que je suis un battant. Je mords dans la vie et dans la politique.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer