Le Parti vert confiant de faire des gains

JiCi Lauzon et Corina Bastiani ont rencontré les... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

JiCi Lauzon et Corina Bastiani ont rencontré les médias trifluviens mardi matin.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Devant l'urgence de parler et de prendre soin de l'environnement, le Parti vert du Canada est confiant de gagner des appuis lundi. Mais pour parvenir à ce scénario, le PV souhaite que les électeurs exercent leur droit de vote avec leur tête et leur coeur, et non pas de façon stratégique.

JiCi Lauzon et Corina Bastiani, candidats dans Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères et dans Bécancour-Nicolet-Saurel, étaient à Trois-Rivières mardi matin, expliquant leur choix de lieu de rencontre de presse par le désir de profiter d'une meilleure couverture médiatique qu'à Montréal.

Soulignant que tout ce qui est jeté dans l'eau et dans l'air sera bu et respiré un jour ou l'autre par les citoyens, les deux candidats souhaitent que la préoccupation manifestée par les Québécois à l'endroit de l'environnement se concrétise en votes.

«Envoyer le meilleur député, c'est ça, la véritable démocratie. Un député du Parti vert à Ottawa peut changer la donne. Le Parti vert est un symbole. C'est dire non au pétrole et oui aux énergies renouvelables», déclare Mme Bastiani.

M. Lauzon estime inconcevable qu'aucun député vert ne représente le Québec à la Chambre des communes. 

Selon le PV, les sondages menés durant une campagne nuisent à la naissance de nouveaux partis politiques, car ils ne tiennent pas compte de la réalité sur le terrain. «Ça tue dans l'oeuf tout espoir pour un parti et ça nous condamne à rester un petit parti», déclare M. Lauzon, qui s'explique mal que TVA n'ait pas invité Elizabeth May à son débat des chefs, alors que le réseau a fait une place à Gilles Duceppe, un non-élu.

Rappelant sa vive opposition au projet d'oléoduc Énergie Est en raison des risques réels de contamination de l'eau («le pipeline, c'est comme inviter un incontinent à se baigner dans ta source d'eau potable», selon M. Lauzon), le Parti vert est tout aussi critique envers le transport du pétrole par bateau et par train. Le parti estime d'autre part que le ministère de l'Environnement serait bienvenu de revoir ses critères visant l'émission d'un certificat d'autorisation.

Cette rencontre de presse s'est faite en l'absence du candidat vert dans Trois-Rivières, Éric Trottier, retenu par son travail.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer