Vers l'après-Lise St-Denis

Shawinigan... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Shawinigan

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Formée en 2004, la circonscription de Saint-Maurice - Champlain vit sans doute la campagne électorale la plus imprévisible de sa courte existence.

Lorsque Jean-Yves Tremblay a été choisi par les militants néo-démocrates à la fin août, le sort semblait scellé. Particulièrement efficace sur le terrain, le conseiller municipal du district des Hêtres profiterait de l'avance quasi-insurmontable du NPD au Québec pour coiffer ses opposants au fil d'arrivée. Comme dans la fable de La Fontaine, rien ne servait de courir, il s'agissait de partir à point.

Or, le baromètre a drôlement bougé au cours des six dernières semaines sur le plan national, de sorte que les certitudes d'hier sont maintenant voilées par un morceau de tissu qui a considérablement fait bouger l'aiguille des sondeurs. 

Où aboutira la réflexion des gens lundi soir ? Dans un comté où une parfaite inconnue de Montréal a été élue sans daigner faire campagne en 2011, inutile d'élaborer sur l'imprévisibilité de l'électorat.

Dans Saint-Maurice - Champlain, l'Alliance de la fonction publique du Canada a sans doute établi la meilleure stratégie au cours des dernières semaines, en braquant les projecteurs sur l'avenir du Centre fiscal de Shawinigan comme jamais auparavant. 

Les candidats ont dû prendre des engagements sur ce qu'ils entendaient faire pour conserver ces emplois, compte tenu du fait qu'un plan de réfection majeur de l'immeuble doit être autorisé dans les meilleurs délais. 

Cette offensive syndicale s'est effectuée sur un fond de controverse, alors que le conseiller Normand Pelletier a raconté que le candidat conservateur lui avait dit au téléphone qu'il n'avait pas de temps à perdre avec le Centre fiscal. Jacques Grenier s'est non seulement défendu d'avoir tenu ces propos, mais il mentionne même n'avoir jamais parlé à ce porte-parole. Stratégie syndicale anti-conservatrice ou déclaration malhabile du candidat ?

Autre événement mystérieux, la suspension de trois mois de Jean-Yves Tremblay du local 1209 des Chevaliers de Colomb de Grand-Mère. Que cache donc cette histoire ? M. Tremblay a été mis à l'écart pour insubordination, mais il est aussi soupçonné de faire partie d'un groupe parallèle de Chevaliers qui mettrait les bâtons dans les roues de l'association locale centenaire. 

Il ne faut pas sous-estimer les impacts de ces histoires. Le Centre fiscal de Shawinigan embauche environ 1500 personnes, les Chevaliers de Colomb comptent près de 1000 membres. Des votes extrêmement importants dans une course aussi serrée que celle qui s'achève.

L'embellie nationale à l'endroit de Justin Trudeau devrait donner un coup de pouce à François-Philippe Champagne, qui se prépare au jour J depuis deux ans. Un travail de terrain qui servait non seulement à faire oublier le plus rapidement possible le règne plutôt discret de Lise St-Denis comme députée libérale, mais également à redonner un peu d'éclat à une marque entachée à la suite du scandale des commandites. Faut-il rappeler que les libéraux n'ont recueilli que 12 % des suffrages dans le comté lors du dernier rendez-vous ?

Les conservateurs possèdent aussi une pente abrupte à remonter dans Saint-Maurice - Champlain, mais si Stephen Harper termine la campagne en force, Jacques Grenier ne nuira certainement pas à son parti.

Le Bloc québécois dans tout ça ? Encore une fois, la tendance nationale jouera pour beaucoup dans le résultat qu'obtiendra Sacki Carignan Deschamps, très présente sur le terrain médiatique et aux divers débats depuis le début de la campagne. Pourrait-elle profiter de la division du vote fédéraliste ?

Du côté du Parti vert, Martial Toupin s'est attardé à distribuer une centaine de pochettes de documentation sur l'immunothérapie, un combat personnel. Quant au candidat du Parti marxiste-léniniste, il a adopté exactement la même stratégie que Lise St-Denis en 2011. Sait-on jamais...

Les enjeux

Conserver et stimuler la présence de la fonction publique fédérale et plus particulièrement, assurer la pérennité du Centre fiscal de Shawinigan

Collaboration plus étroite avec les élus locaux

Desserte efficace des services numériques, particulièrement en Haute-Mauricie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer