Ruth Ellen Brosseau: «J'ai trouvé ma voie»

Ruth Ellen Brosseau désire conserver son siège de... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Ruth Ellen Brosseau désire conserver son siège de députée de Berthier-Maskinongé à la Chambre des communes.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Un matin de septembre, un homme de Saint-Léon-le-Grand se présente au local électoral de Ruth Ellen Brosseau, visiblement fier de serrer la pince de la députée sortante de Berthier-Maskinongé et candidate à l'élection du 19 octobre. Malgré sa fierté, l'homme d'un âge certain ne peut s'empêcher de taquiner la députée. «On vous voit plus cette année qu'en 2011!», dit le monsieur, tout en saluant le journaliste du Nouvelliste alors en pleine entrevue avec la députée sortante.

Loin d'être décontenancée par cette remarque, Ruth Ellen Brosseau invite l'homme et la dame qui l'accompagne à piger dans un panier contenant des macarons orange produits pour sa campagne électorale. Les deux électeurs acceptent volontiers et repartent avec le sourire.

«J'adore ce que je fais et j'adore le contact avec les gens, dit Ruth Ellen Brosseau. Je ne me vois pas faire autre chose. J'ai trouvé ma voie et c'est la politique. J'en mange!»

L'arrivée en politique de Mme Brosseau en 2011 a fait l'objet d'innombrables reportages dans les médias, et pas toujours très tendres, autant au niveau régional qu'à l'échelle nationale. Parachutée dans Berthier-Maskinongé pour assurer une représentation du Nouveau Parti démocratique, elle était parfaitement inconnue dans le comté. Tout le monde devait se contenter de la description de la candidate sur le site Internet, description qui tenait sur quelques lignes et disait à peu près ceci.

«C'était écrit que je venais de Gatineau, que j'étais assistante-gérante d'un pub et que j'étais préoccupée par le sort des animaux», se rappelle Mme Brosseau, consciente d'avoir parcouru beaucoup de chemin depuis ce temps.

Députée bien en vue au sein du NPD, porte-parole adjointe du parti en matière d'agriculture et vice-présidente du caucus national, voilà ce qu'on peut maintenant lire sur sa page Internet. On est loin de la jeune femme âgée de 27 ans en 2011 qui a longtemps occupé deux emplois pour joindre les deux bouts, elle qui élève seule son fils maintenant âgé de 14 ans.

«Le travail de député, ce n'était pas prévu, admet-elle. Je ne savais pas ce que je voulais faire comme carrière. Je cherchais un emploi et la seule chose que je trouvais, c'était dans les bars, le soir, et le jour, dans des boutiques. Il me manque un cours ou deux pour compléter ma formation au collège en publicité et marketing. Mais ma situation n'était pas différente de beaucoup de gens. Il y a des personnes avec des formation universitaires qui ne trouvent pas d'emploi.»

Celle qui se décrit comme une femme déterminée a décidé de prendre le taureau par les cornes. Multipliant les réunions avec les élus, allant à la rencontre des citoyens qui l'avaient choisie sans savoir qui elle était, Ruth Ellen Brosseau a appris son travail de députée un jour à la fois en prenant exemple sur l'ancien député de Maskinongé, Jean-Paul Diamond.

«Je me suis inspirée de Jean-Paul, comment il travaillait sur le terrain. Il était partout! Je l'ai rencontré quelques semaines après l'élection, j'ai participé au défilé organisé au Festival de la truite mouchetée (de Saint-Alexis-des-Monts). À chaque fois que j'étais à une activité, il était toujours là. Il était très apprécié et on le voit encore aujourd'hui dans des activités.»

Ruth Ellen Brosseau dit ne pas se fatiguer de prendre part à tous ces événements populaires qui s'additionnent à son travail au bureau et à la Chambre des communes. Elle ne tient rien pour acquis en vue des élections du 19 octobre. Mais elle a le goût de mériter la confiance des citoyens une deuxième fois.

«Je ne compte pas mes heures. C'est un gros trip. Ce n'est jamais plate en politique. Et si les gens me font confiance pour les 10 prochaines années, je vais être là.»

Priorités

› Le dossier de la pyrrhotite qui doit être réglé par une aide du gouvernement.

› La présence de nombreux travailleurs saisonniers dans sa circonscription l'amène à cibler le projet du NPD de défaire la réforme de l'assurance-emploi imposée par le gouvernement Harper.

› Bonifier le programme de supplément de revenu garanti.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer