Les militants choisissent Tremblay dans Saint-Maurice - Champlain

Jean-Yves Tremblay a été confirmé candidat néodémocrate dans... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean-Yves Tremblay a été confirmé candidat néodémocrate dans Saint-Maurice-Champlain, mercredi soir à Shawinigan.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(SHAWINIGAN) Les militants néodémocrates du comté de Saint-Maurice-Champlain ont choisi Jean-Yves Tremblay, conseiller municipal du district des Hêtres à Shawinigan, comme candidat à l'élection fédérale du 19 octobre. L'homme de 67 ans a coiffé les quatre autres prétendants mercredi soir, au Buffet Claude de Shawinigan, lors d'une assemblée historique rassemblant 150 personnes.

Visiblement survolté par ce vote de confiance, M. Tremblay confie que cette émotion ne pouvait se comparer à une élection municipale, un terrain qu'il connaît mieux puisqu'il n'a été battu qu'une seule fois à Shawinigan depuis 1982. Il avait même envisagé de se présenter à la mairie en 2009.

«Je suis très fier d'être un néodémocrate, chez nous en Mauricie», lance-t-il. «Lors d'une élection municipale, on est très, très près des gens. On vit dans un environnement dans lequel nous avons un pouls plus direct. Je suis maintenant le responsable et toutes les municipalités (du comté) seront rencontrées durant la campagne électorale.»

Denis Fortin, Jeany Lachance, Gilbert Leroux et Lynn Beaulieu ont également offert leur candidature aux militants. Ils disposaient chacun d'une courte tribune de trois minutes pour se présenter et partager leurs priorités. La soirée était animée par la députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau. Son collègue de Trois-Rivières, Robert Aubin, était désigné pour discourir devant les militants en attendant le résultat du vote, qui est tombé vers 20 h 30.

Comme il l'avait déjà déclaré après l'assemblée publique du conseil municipal de Shawinigan le 18 août, M. Tremblay a réitéré qu'il se retirerait de la table pendant la campagne électorale. Il remettra son salaire de conseiller à une cause qu'il a déjà choisie et qu'il fera connaître au cours des prochains jours.

«Certains collègues m'ont dit que si j'étais élu député, ils pourraient compter sur quelqu'un qui ouvrirait les portes à Ottawa, ce que nous n'avons pas eu dans notre circonscription», pointe-t-il. «Je connais les misères que nous avions à entrer à Ottawa, mais comme député, je vais mettre le pied dans la porte, je vous l'assure!»

Dernier candidat déclaré parmi les principales formations politiques, Jean-Yves Tremblay considère qu'il fallait du temps pour bien faire les choses, devant l'intérêt manifesté envers le parti.

«L'argent, c'est une affaire et la démocratie, c'est une autre affaire», analyse-t-il. «Je me suis lancé de façon démocratique, avec une convention, ce que j'apprécie. Je n'ai pas été parachuté. Pour d'autres, c'est plus facile de se lancer avec quelques dollars...»

M. Tremblay reconnaît avoir entretenu des affinités libérales dans un passé assez lointain. Il affirme n'avoir été membre d'aucun parti depuis une quinzaine d'années. En 2011, il a été séduit par le NPD et il a discuté de la possibilité de représenter ce parti dans le comté avec M. Aubin l'an dernier.

Chemin parcouru

Cette assemblée d'investiture a permis de porter à 407 le nombre de membres du NPD dans Saint-Maurice-Champlain. Sur ce nombre, 119 ont voté mercredi soir, tandis que 134 s'étaient prononcés lors du vote par anticipation, le 24 août.

Ceux qui sont arrivés à la dernière minute au Buffet Claude sillonnaient lentement le stationnement de la salle de réception à la recherche d'une rare place. Une mise en scène qui aurait été qualifiée de complètement farfelue il y a quatre ans à peine.

«C'est très stimulant!», sourit M. Aubin, qui prédit quatre comtés néodémocrates dans la région le 19 octobre. «C'est la concrétisation du travail que nous avons fait.»

«J'ai vécu plusieurs premières depuis quatre ans», renchérit Mme Brosseau. «En 2011, j'étais une candidate sur papier. Aujourd'hui, on se retrouve dans une salle comble dans Saint-Maurice-Champlain, avec beaucoup de militants. Je suis vraiment fière du résultat et des candidats qui se sont présentés.»

La représentante néodémocrate de Berthier-Maskinongé croit que l'implication de M. Tremblay au cours des trente dernières années compensera le fait qu'il se lance beaucoup plus tard que ses adversaires.

«Il nous reste 54 jours», sourit-elle. «Je pense que nous aurons assez de temps!»

guy.veillette@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer