François-Philippe Champagne ouvre un bureau à La Tuque

Le candidat libéral François-Philippe Champagne est accompagné de... (Photo: Audrey Tremblay)

Agrandir

Le candidat libéral François-Philippe Champagne est accompagné de la responsable de son bureau en Haute-Mauricie, Rollande Savoie.

Photo: Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le candidat du Parti libéral dans Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, a inauguré son local officiel de la Haute-Mauricie, jeudi, au centre-ville de La Tuque. Le candidat entend bien être très présent dans la communauté et assure qu'il sera tout le contraire d'un candidat fantôme.

«C'est essentiel d'avoir un bureau à La Tuque, avec un territoire grand comme la Belgique, il faut être présent. Je me suis donné comme mission d'être proche des gens, et ça, ça nécessite un bureau à La Tuque», confie François-Philippe Champagne.

Quelques dizaines de personnes se sont présentées pour l'ouverture, le fruit du travail d'une grande équipe dans le Haut Saint-Maurice selon le candidat. «On veut être proche des gens pour comprendre la réalité, c'est ce que je fais depuis 20 mois», lance-t-il.

Celui qui a déposé officiellement son acte de candidature, mercredi, devrait également ouvrir un bureau à Saint-Tite.

François-Philippe Champagne s'est également senti interpellé par les propos du maire de La Tuque, Normand Beaudoin, qui martèle qu'il veut un député présent pour sa ville. Les deux hommes se sont d'ailleurs rencontrés à plusieurs reprises, mais pas question pour le candidat de dévoiler les dossiers qui le préoccupent pour la Haute-Mauricie. Il s'est contenté de dire que ça allait tourner autour de l'économie, du développement économique régional et de l'environnement.

«Ce sont les points cardinaux dans notre démarche», a-t-il confirmé.

Quant aux bureaux de service, François-Philippe Champagne refuse de se prononcer, mais il confirme toutefois qu'advenant son élection, il y en aurait un à La Tuque et qu'il ne serait pas ouvert seulement le vendredi comme c'est le cas actuellement avec le bureau de la députée Lise St-Denis.

«Le comté est très grand et vous comprendrez que je ne veux pas mettre la charrue avant les boeufs. Il faut d'abord être élu, mais on a une bonne idée de ce que l'on veut faire», confirme-t-il.

Dans son discours, le candidat libéral a insisté sur l'aspect humain de sa campagne et s'est même servi de son visage transformé en Monsieur Spock sur ses pancartes modifiées pour illustrer ses propos.

«Ces grandes oreilles vont me permettre de mieux écouter pour mieux comprendre», a-t-il lancé.

Un appui atikamekw

Parmi les invités se trouvait le chef d'Opitciwan, Christian Awashish. Ce dernier pense que François-Philippe Champagne représente un bon candidat pour sa communauté.

«Il est venu dans notre communauté déjà deux fois. C'est très apprécié. On demande souvent au gouvernement de venir constater notre réalité. Je pense que c'est un candidat qui n'a pas peur des obstacles et des défis. Il est très à l'écoute et il veut bâtir une relation de partenariat avec les premières nations», a souligné M. Awashish.

Les autres candidats se prononcent

Du côté de la candidate du Bloc québécois, Sacki Carignan Deschamps, il n'est pas prévu d'ouvrir un bureau à La Tuque pour la campagne électorale. La candidate se limite à un bureau et elle a choisi la ville de Grand-Mère comme point central.

Elle soutient toutefois qu'elle sera bien présente sur le terrain et qu'elle est bien au fait des réalités et besoins de La Tuque. «Je ne me suis pas arrêtée encore à savoir où j'aurais des bureaux si je suis élue, mais chose certaine je m'arrangerais pour avoir des services offerts à

La Tuque. [...] J'ai toujours été près des sensibilités de La Tuque et de toutes les municipalités autour comme Parent, Clova...», a affirmé Sacki Carignan Deschamps.

Le candidat du Parti conservateur, Jacques Grenier, pour sa part, étudie présentement l'opportunité d'avoir lui aussi un bureau à La Tuque pour la durée de la campagne électorale. S'il est choisi par la population de Saint-Maurice-Champlain, ce sont trois bureaux qui devraient voir le jour.

«C'est certain qu'il en faut un à Shawinigan ou Grand-Mère, à La Tuque aussi, et finalement dans Champlain. Il faut que les gens aient un endroit pour rencontrer du personnel», a fait savoir Jacques Grenier.

Ce dernier devrait rencontrer le maire de La Tuque pour discuter de ses besoins dans les prochains jours.

«Il doit avoir une bonne liste. Il ne faut pas se cacher qu'il ne s'est pas passé grand-chose dans les dernières années. C'est certain que dans l'opposition, ce n'est pas comme être à la table des décideurs», a-t-il lancé.

Quant au NPD, l'investiture devrait avoir lieu à la fin du mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer